Melon flavor pizza ft. Jin Seok

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Sam 8 Sep - 22:37

" Melon flavor pizza "
ft. Sae & Seokie



Il était près de minuit, l’appartement qu’elle partageait avec son faux mari, malgré l’heure tardive, était des plus bruyant en raison d’une pastèque non-identifiée qui hurlait à plein poumons. Dieu merci, Liang avait des bouchons sinon, il est certain qu’il ne pourrait pas fermer l’œil dans de pareilles circonstances…le melon était intraitable. Sae avait essayé de la nourrir, de changer – encore merde – sa couche, et de la bercer, sans succès. L’infâme créature au visage d’ange déformé par ses couinements non harmonieux refusait de fermer l’œil lorsque le reste du monde dormait.  Ah en plein jour, aucun soucis, elle somnolait joyeusement devant l’insomnie de sa génitrice mais, s’il fallait que la nouvelle maman pousse un bâillement, s’en était fini du calme, et le concert reprenait. Eh. Changeant son paquet de bras en marchant de long en large du logement, elle était au bout de sa vie, trop sollicitée pour fermer l’œil, trop KO pour se souvenir de la dernière fois qu’elle avait mangé quelque chose… vu comment elle avait rapidement perdu la majorité du poids post-grossesse, ça devait remonter à loin. Le stress et l’appétit ne font pas bon ménage et, devant son nouveau rôle, la jeune bridée était carrément morte de peur, elle ferait une mauvaise mère… et n’eut été de ses expériences de merde avec le système, elle n’aurait pas gardé sa fille… avait-elle fait le bon choix? Alors que le bébé hurlait à nouveau, elle n’en était plus si sûr…

Manger, il lui fallait manger. Pour un hobbit habituée à avoir 10 repas par jour, clairement, le manque de nutriment lui faisait perdre la tête…Mais cuisiner les bras plein, c’était impossible … et Bien que mettre le bébé au four semblait tentant,  interdit par la loi. Urg. Bon, à cette heure, il n’y avait assurément que son âme sœur d’encore ouverte, cette pizzeria avec laquelle elle aurait dû unir sa vie plutôt qu’avec le rabat-choix qui dormait dans la plus grande chambre de l’appartement. Meh. Attrapant le combiné, elle échangea les formules de politesses d’usage avant de demander à la réceptionniste l’usuel. « Oui, ça serait pour commander… une pizza végé extra-large …. Et aussi, le livreur coréen super mignon, il travaille bien ce soir non? …   » Sae, si tu connais l’horaire du livreur, tu stalk clairement trop. « Oh et dites lui de penser à un nom de fille avant de venir! » Fière d’avoir jumelé des tâches – clairement, l’instinct maternel – la jeune Kiritani retourna s’assoir sur le divan du salon, avec dans les bras la future Taylor Swift (vu le ton geignard de ses ‘’chants’’ …). Vêtue de son pyjama – Un T-Shirt géant dévalisé à son frère, elle attendit qu’on sonne, signe que la sainte pizza venait à elle. La pastèque hurlante dans les bras, elle ouvrit la porte pour découvrir son livreur fétiche et, malgré l’heure tardive, malgré les cernes, malgré tout, elle lui adressa un sourire. « PIZZAMAN. Mon héros. Mon amour! Allez, entre, entre, avant que ça refroidisse. » Oui bon, elle avait retrouvé l’appétit…. Et clairement oublié son mari l’espace d’un boite de pizza.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Dim 9 Sep - 20:03

" Melon flavor pizza "
ft. Sae & Seokie



Jin Seok compta son pourboire en grimaçant. Hé ! Il s'était fait rouler ! Gardez la monnaie ? Mais sur quoi ? Sur combien ? Poussant un soupir, le métisse grimpa sur son vélo. Une pauvre bicyclette qui grinçait lorsqu'il poussait un peu trop fort sur les pédales. Heureusement que son gilet jaune réfléchissant au logo de la pizzeria pour laquelle il travaillait signalait sa présence. Sinon, qui savait combien de fois il aurait pu mourir ! Ses horaires étaient celui du jeune actif sans diplôme : flexibles, le plus souvent de nuit et le week-end. Pour ce restaurant ouvert 24h/24, il fallait bien des losers comme lui qui seraient prêts à tout accepter. Au moins, ça payait pas mal. On lui fournissait même des bons de réduction pour une boutique de vêtements pas chers (officiellement, pour acheter une tenue décente et pratique pour le job) et il avait le droit à une pizza gratuite par service. Jin Seok, lui, avait réussi à négocier la boisson. Et puis, même s'il était vieux, il avait maintenant un vélo à lui qu'il avait le droit d'utiliser même en dehors de ses horaires de travail. Un moyen de locomotion comme un autre.

Garant justement son vélo, il le sécurisa à l'aide d'un cadenas, bien qu'on lui ait répété des dizaines de fois que cela n'était pas utile dans une ville comme Tokyo. Pour lui qui avait grandi à Seokgyo, il se disait qu'il ne pouvait courir un risque pareil. Entrant dans le petit local, Jin Seok étouffa un bâillement quand Keigo, son collègue préposé aux commandes, le héla depuis le comptoir. « Y a encore ta groupie qui a appelé. Elle t'a commandé tout spécialement. Avec une pizza, évidemment. » Jin Seok grimaça plutôt qu'il ne sourit. Il voyait très bien de quelle cliente il s'agissait. Lui qui avait pensé lui avoir échappé après plusieurs semaines de silence, la voilà qui revenait le tourmenter comme un mauvais esprit frappeur. Kiritani n'était pas méchante, mais elle lui faisait clairement peur depuis qu'il avait eu le malheur d'accepter de rester un peu avec elle, le premier soir où il l'avait livrée. A l'époque, il était encore novice, et le restaurant ne l'avait prévenu d'aucune autre commande à venir. De plus, les femmes l'impressionnaient assez, surtout celles aussi assurées.

Keigo lui tendit le carton fumant en pouffant comme un imbécile. Jin Seok avait hâte qu'il s'en aille pour prendre sa place – la planque, il paraissait. Mais son collègue semblait se complaire dans son job, bien qu'il eut bientôt trente ans. Dehors, un petit vent le fit frissonner. Rajustant sa casquette sur ses cheveux sombres (il refusait de porter le casque qui lui écrasait les mèches), Jin Seok enfourcha son vélo et pédala vers l'immeuble de Kiritani. Il n'avait même plus besoin de vérifier. Cette fille avait tellement commandé chez eux qu'elle connaissait la carte encore mieux que la plupart des livreurs. Maintenant qu'il y pensait, il y avait bien une explication logique à son silence. Ne lui avait-elle pas annoncé être enceinte, plusieurs semaines auparavant ? Elle avait dû stopper les pizzas pour prendre soin du bébé qui grandissait dans son ventre. Du moins, c'était ce que Jin Seok supposait. Une fois arrivé, il cadenassa son vélo et jeta un œil au bon de commande sur l'application mobile avant de froncer les sourcils. Penser à un prénom de fille ? Sûrement une blague de mauvais goût de Keigo. Ou alors, la fille était saoule.

Avançant dans l'ascenseur, il poussa un soupir. L'odeur de la pizza lui fit gargouiller le ventre. Il avait faim, mais avait déjà grignoté sa pizza au début de service pour rattraper le repas sauté à midi. Une fois au bon étage, les pleurs hystériques d'un bébé l'accueillirent dans le couloir. Jin Seok déglutit. Oh non. Les cris s'intensifiaient à mesure qu'il approchait. C'était là. Dans cet appartement. Pouvait-il faire demi-tour ? Pouvait-il mentir et dire qu'il s'était perdu ? Il frappa deux coups forts. « Bons... » Elle ne lui laissait pas le temps de finir. Non ! Il ne voulait pas rester ! Il avait une bonne excuse ! Pourquoi ne lui laissait-elle pas le temps de la lui donner ? « Je... Je peux pas vraiment... Il a l'air fatigué... » Elle. Idiot. « Ça fera 2000 yens... » Du bout des lèvres, presque timidement. Pitié. Qu'elle le paie et le laisse en paix. « Vous vouliez que je pense à un prénom de fille? » Son regard se posa sur le bébé geignard. Une minute. Elle n'espérait quand même pas... !
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Lun 10 Sep - 1:27

" Melon flavor pizza "
ft. Sae & Seokie



La jeune Kiritani avait loupé quelques cours de base sur la vie en société, probablement en raison du temps qu’elle avait passé à se faire transférer de foyer en foyer, sans jamais vraiment avoir le temps de s’attacher, ou d’avoir sa propre famille. Rapidement, la bambine qu’elle était s’était fait à l’idée que la meilleure façon de ne pas perdre les parents qu’on lui prêtait, c’était de les garder à l’œil 24/7, de les suivre partout, de ne pas les laisser filer. Quand elle aimait quelque chose – ou quelqu’un, elle s’y cramponnait de toutes ses forces… Ça semblait ridicule, maintenant, qu’elle ait passé des mois à dormir en koala autour de Naoto, toute petite, de peur qu’on lui enlève le frère qu’elle venait de trouver … qu’elle se retrouve encore seule. Cette vie-là, elle ne la souhaitait à personne, et surtout pas au petit poupon hurlant blotti dans ses bras, cette vocaliste motivée, qui pleurait à réveiller les morts. Aussi difficile soit sa bambine, elle ne l’aurait jamais envoyé dans ce système qui l’avait trahie trop souvent. Jamais. Sauf que bon, cette existence nomade, jumelée à ses maigres capacités cérébrales, l’empêchaient de voir le mal dans la commande d’être humain à une pizzeria. Dans son esprit douteux, c’était même logique, d’ouvrir la porte et de faire une déclaration au pauvre livreur. Tout aussi normal que de ne rien voir à son trouble, ni à sa tentative désespérée de prendre la fuite. Oh non. Souriante – au moins autant que le bébé ne l’était pas – elle avait rétorqué, chassant son excuse d’un revers de main : « Oh? La pastèque tu veux dire? Non, elle est en pleine forme… sauf qu’elle me déteste. J’crois qu’elle m’en veut de pas avoir eu l’argent de payer une Doula pour l’accouchement. » ça ou alors, elle vivait un choc post-traumatisme suite à l’accouchement … Sae aussi. Eh. Ignorant les protestations de l’intrus, elle s’était permis d’attraper la boite de pizza, pour le tirer dans l’appartement, sans lui donner le choix.

Elle berçait de son mieux le speaker-humain, en lançant, comme on parlerait de la météo : « … Allez, entre. La pizza est trop grosse pour moi toute seule, j’ai besoin de ton aide … j’ai personne d’autre, mon mari dort déjà. » … Dis Kiritani, tu sais que c’est un excellent début de film porno? … Surtout avec le sourire qu’elle avait eu, adorateur… en vrai, elle reluquait la boite de pizza, l’odeur de fromage alléchante. Elle crevait d’envie d’y mordre, son esprit tordu par la famine. Ce n’était pas une vie, réduite au rôle de biberon humain! Une fois la porte bien fermée, et la boite déposée sur la chaise ornant l’entrée de l’appartement (ce foutoir envahis par les bouquins de Liang) elle s’était adressée au garçon, candide, en s’approchant de lui : « 2000 yens ? Ok une minute. Tu veux bien la tenir pendant que je trouve mon porte-monnaie?   » sans lui donner le temps de réagir, elle avait déposé son enfant dans les bras d’un parfait inconnu, marchant vers le comptoir pour récupérer son sac à main, avant de s’immobilier à la question du coréen. « Un prénom de ------- OH!   » Ah, maudite mémoire. Son niveau d’excitation avait monté d’un cran. « Oui! C’est pour la crevette! Enfin … ça. » Dit-elle en désignait affectueusement sa fille qui avait au minimum diminué ses cris, les convertissant en couinements, dès le changement de porteur. « J’arrive pas à me décider… Encore un truc pour lequel elle doit m’en vouloir. Mais merde, c’est pas facile de réfléchir sans dormir…   » Quoi? Cette peste l’avait enfin bouclé? Suffisait d’un homme? Merde au prochain concert, elle allait la glisser dans le lit de Liang si c’était aussi simple! « … Je suis vraiment une mauvaise mère … »
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Jeu 13 Sep - 23:51

" Melon flavor pizza "
ft. Sae & Seokie



On avait beau dire, mais être livreur de pizza n'était pas à la portée de tous les imbéciles. Jin Seok mettait au défi quiconque disait le contraire. Après tout, tout le monde n'était pas prêt à avoir à faire à des jeunes mères célibataires débordées qui commandait une pizza au bout milieu de la nuit juste pour avoir de la compagnie. Sans le braillard dans les bras de Kiritani, Jin Seok pourrait presque se croire le héros d'un de ces films porno occidental. Héros, oui, clairement. Mais les pleurs du bébé lui tapaient déjà sur le système alors que la porte était encore close. Une fois celle-ci ouverte, ce fut même pire. Comment se faisait-il qu'aucun voisin n'avait encore défoncé la porte pour jeter le nouveau né à travers la fenêtre ? Pouvait-elle payer et le laisser s'en aller ?

Visiblement, non.  Il ne comprenait pas tout ce que Kiritani pouvait lui baragouiner. Une doula ? Oubliait-elle qu'il n'était pas d'ici ? Sûrement pas, puisqu'elle prenait un malin plaisir à le demander en le dénommant de façon qu'il aurait aimé flatteuse mais qui le mettait plus mal à l'aise qu'autre chose. Le livreur coréen super mignon. Mais Jin Seok se disait que s'il y avait un bébé, il y avait forcément un papa. Un mec près à lui casser la gueule s'il apprenait que sa copine commandait des pizzas supplément livreur coréen super mignon ! Et en plus, elle confirmait. Son mari. Son mari dormait ? C'était peut-être une caméra cachée ? Jin Seok avait entendu dire que des personnes se retrouvaient dans des vidéos piégées sur le net, puis qu'on les faisait chanter. Bon, et s'il arrêtait de penser un peu au porno ?

Mais ses pensées salaces se retrouvèrent rapidement coupées. Jin Seok se retrouva avec une machine à caca hurlante dans les bras sans avoir son mot à dire. Heureusement, c'était pour récupérer l'argent. Avec un peu de chance, elle allait le laisser partir. Mais c'était sans compter sa naïveté. Sa maladresse ? Pourquoi avait-il fallu qu'il lui rappelle ? Son regard se baissa sur la pastèque. La crevette. La pauvre n'avait pas encore de prénom ? « Mais oui, il faut nommer les bébés ! Ça porte malheur sinon ! » D'où venait cette croyance bizarre ? Même lui ne saurait le dire. Mais en voyant la mine de la jeune mère, il se pinça les lèvres. Il était vraiment maladroit, avec les filles. « Non... C'est votre premier bébé ? C'est pour ça. Le changement. » Son japonais bancal ne lui garantissait jamais d'avoir une discussion profonde. « Regardez, elle se calme. Elle doit sentir le stress. Il faut faire des pauses. » Se reposer, surtout. Jin Seok se rendit compte qu'il berçait la petite sans s'en rendre compte. Les yeux du bébé étaient fixés sur lui. Elle le jugeait ou quoi ? Une crevette. Ebi ? Une pastèque ? Comment avait-elle dit, déjà ? « ... Suika ? »
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Ven 14 Sep - 21:33

" Melon flavor pizza "
ft. Sae & Seokie



C’était un peu stupide, à bien y penser, de ne pas donner de nom à son enfant, de repousser aussi loin que possible cet inévitable moment… Mais voilà, Sae s’était toujours imaginé que, lorsque ça se produirait, ce moment serait inoubliable, empreint d’adoration… qu’elle serait en couple… alors se décider, toute seule, c’était comme avouer irrévocablement que ça n’arriverait pas. Que cette gamine n’aurait pas de père… c’était comme un serment silencieux de ne jamais plus penser au géniteur… de ne jamais l’informer de l’erreur de parcours fragile et parfaite qu’elle avait dans les bras… Elle ne pouvait s’y contraindre. Alors elle avait repoussé, aussi loin que possible, sans savoir que de graves répercussions pourraient en découler! À l’entente des paroles de son livreur de pizza (qui de mieux pour avoir la science infuse) – à qui elle avait remis sa fille sans réfléchir, elle s’était figée, blême. « Malheur? … Vraiment? » Ça expliquerait tellement de choses ! Peut-être que cette crevette ne serait pas aussi difficile si elle avait eu un nom. Secouant la tête, elle tenta de trouver une solution, ses iris rivés sur le pauvre garçon qui n’avait, franchement, rien demandé! Dieu merci Liang dormait, il n’aurait pas endossé une telle paranoïa illogique : « Tu ne serais pas un shaman par hasard? Tu sais comment chasser le mauvais œil… ? Je n’ai pas envie qu’elle se pique sur un rouet et soit coincée à attendre le premier malade qui tentera de l’embrasser sans demander la permission… » … Elle espérait que personne, jamais, ne volerait quelque faveur à sa précieuse fille, sans son consentement.

Fouillant dans sa bourse, elle avait finalement relevé les yeux vers lui son porte-monnaie en main, alors qu’il tentait de justifier ses piètres performances de mère à sa place. Elle eut un rire sang joie, secouant la tête. « Si seulement… » … on allait lui retirer son diplôme, sa pastèque semblait la détester, elle n’était calme que lorsque Liang lisait ses fichus bouquins. Se pourrait-il qu’elle ait enfanté une intellectuelle? Pitié non! Soudainement consciente que le pauvre garçon devait s’imaginer qu’elle avait une ribambelle de gamin, elle avait précisé, pour ce qu’il restait de sa vertu : « Enfin… j’veux dire, j’ai eu des dizaine de frères et sœurs… ce n’est pas le premier bébé qu’on me confie mais… enfin… c’est pas pareil. » non… cette crevette-là était intraitable, et elle n’aimait que les hommes, une vraie catin! D’ailleurs là, bercée par un parfait inconnu, elle s’était enfin calmée, le dévisageait de ses yeux sombres… peut-être était-ce l’odeur de pizza? « … Pas possible. » Bordel quelle injustice! Elle était carrément un repas vivant pour cette larve… aucune reconnaissance! Le respect était mort! Elle s’était approchée, comme si, la présence de sa fille chassait sa crainte crispante des hommes - elle avait quand même fait des progrès, avec le Dr Kamiya sur son cas… « Tu l’as fait taire. J’y crois pas, tu l’as fait taire! C’est un miracle. Un miracle! C’est le plus beau jour de ma vie!! » Et elle en avait même les larmes aux yeux. Se penchant par-dessus le livreur pour observer sa fille qui osait gazouiller, comme pour séduire son futur mari vingt ans trop tôt, Sae soupira, vaincue par la bouille angélique du poupon. « Babysitter… ça te tente pas?… Combien je dois te payer pour que tu la tiennes encore un peu… ?. »

Pouvait-il vraiment refuser avec cet air de chien battu, la pauvre Kiritani n’en menait pas large. Pourtant, elle avait assez d’attention pour retenir le prénom mentionné, le répétant, stupéfaite. « … Suika? » C’était mignon, sans compter que le poupon avait gazouillé à nouveau en l’entendant. « … Hmmm. Kiritani Suika? » Et voilà qu’elle se parlait toute seule. Bordel de merde, paie ta pizza et libère le! Elle avait reposé son attention sur le jeune homme, le questionnant d’un : « … À moins que ça soit plus normal qu’elle prenne le nom de de mon époux? Les couples, ils font ça d’habitude tu crois? » sans penser que ça pouvait passer pour du harcèlement sexuel vu la nature commune du nom de famille de Liang, elle avait demandé : « … Ça sonne bien, Lee Suika tu trouve? » … Oh Sae. Il va faire une crise cardiaque le pauvre!
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Mer 19 Sep - 23:35

" Melon flavor pizza "
ft. Sae & Seokie



Il n'était pas payé pour ça. Vraiment pas. Et s'il filmait la scène en caméra cachée pour appuyer sa demande d'augmentation de salaire ? Peut-être s'était-il inconsciemment vengé en faisant part de cette drôle de croyance venue d'il ne savait où. Pourtant, ça lui semblait presque légitime. Normal qu'un enfant n'ayant pas encore de nom soit fâché ! Qu'est-ce qu'elle attendait. Au pire, elle lui donnait un prénom banal à pleurer, comme Sakura, par exemple. Mais si la menace semblait trouver sa victime en Kiritani, celle-ci s'alarma un peu trop, allant jusqu'à lui demander une chose plutôt bizarre. « Non, je suis juste Coréen. » Jin Seok pensait pourtant qu'elle le savait. Tous les Coréens n'étaient pas des chamans. C'était quoi encore ce cliché stupide ! Et s'il portait plainte ? Ça, plus la vidéo, et il se ferait sûrement de l'argent. Ou au moins, il deviendrait célèbre sur Internet, parce qu'il avait bien compris que la police était plutôt du côté des locaux.

Même si ses frères et sœurs et lui-même avait une mère exceptionnelle et à leurs yeux parfaites, Jin Seok savait que ce n'était pas inné. Tout le monde ne pouvait pas être comme Hua. Et même cette dernière devait avoir sa petite appréhension avant d'accoucher des jumeaux. Toute petite. Il haussa les épaules à la remarque de la jeune femme. « Ouais, c'est pas du tout pareil. » Puis il tiqua. « Une dizaine... ? » Lui qui pensait venir d'une famille nombreuse !

Toute cette conversation lui faisait un peu oublier le bébé braillard qu'il tenait dans ses bras. Jin Seok ne savait pas trop s'il voulait fonder un foyer. Il se disait qu'il était encore jeune pour y penser sérieusement. Aussi, quand Kiritani lui fit la remarque, il baissa les yeux vers la non-nommée. Effectivement, ses pleurs avaient cessé. La question qu'elle lui posa après lui donna des sueurs froides. Il avait peur de dire non. Et si elle le séquestrait pour l'y obliger ? Il ne voulait pas devenir la nounou de ce bébé ! Hors de question ! « C'est compliqué, avec mon job de livreur... » Petit sourire mal à l'aise. Bon, soit, il n'avait pas le cœur de lui hurler dessus son refus. Qu'on se le dise, il était un minimum poli ! « Non, pas la peine de me payer ! » Un véritable abruti. De l'argent si facile !

« Oui, c'est mignon. » Que pouvait-il dire d'autre ? C'était lui qui avait proposé ce prénom étrange ! Mais la mère était encore plus barge d'accepter d'appeler sa fille Pastèque. Jin Seok s'en voulait. « Ou peut-être Sakura ? » Mais le mal semblait déjà fait. Il déglutit à la suite. Et voilà ! Il le savait ! Elle était mariée ! Son mari allait le tabasser, et il ne pourrait même pas se défendre. Il devait vraiment s'en aller. S'apprêtant à rendre le bébé à sa mère, il se figea à l'entente du nom. Lee ? Oh non. Elle était vraiment folle. Elle parlait de lui ?! Lee Jin Seok ! Elle devait l'avoir appris ! Un rire nerveux le prit alors qu'il lui remettait le bébé dans les bras. « Lee ? Votre mari est Chinois ? » Il pouvait toujours tenter ! Après tout, c'était un nom de famille bien commun ! Non, vraiment. Le pauvre Coréen n'avait pas trop à s'en faire. Reculant un peu, il rangea correctement l'argent dans sa sacoche, vérifiant le téléphone accroché à son bras. Pas de nouveau message. Pourquoi ne pouvait-il pas être sauvé par le gong ?
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Ven 21 Sep - 20:34

" Melon flavor pizza "
ft. Sae & Seokie



Enthousiasmée à l’idée de parler de sa fratrie, elle avait donné, encore une fois, trop de détail à un parfait inconnu. « Oh, au moins trois dizaines ! Tu sais, souvent, Fukuda-san elle ne les gardait que quelques années… et puis ils avaient des nouveaux parents… c’est comme ça. Mais ça reste quand même mes frères et sœurs, non? » Faut dire que, de ne plus entendre le bébé hurler lui déliait la langue. Et pour cause, la toute petite fille fixait le livreur comme le messie, clairement, dans dix ans, Sae devrait lui expliquer que non, elle ne pouvait pas l’épouser. Oui, on était toutes passées par là … sa pizza était vraiment super! Sous l’émotion, elle-même ne venait-elle pas de proposer un poste de Nanny au garçon? Poste qu’il venait de refuser. « … C’est pas grave … je comprends. C’est juste, elle a l’air de bien t’aimer. » Elle aimait bien les hommes, au grand damne de sa mère. Observant le poupon toujours obnubilé par son nouveau porteur, Sae avait protesté contre la seconde proposition de nom. « Sakura? Non. J’aime mieux Suika. C’est mignon. » Et ça serait adorable quel que soit le nom de famille qu’elle finissait par avoir… Sanada?

Encore un peu déconnectée de leur conversation, le manque de sommeil étant partiellement à blâmer, elle récupéra sa pouponne sans protester, la toute petite fille fusillant de ses yeux sombres le livreur, comme pour l’accuser de l’abandonner à sa mère franchement moins agréable. Positionnant sa fille contre elle, elle avait été distraite un instant, et avait lancé un très franc et trop prompt : « Chinois? … Hmmm, j’aurais juré qu’il était coréen. » … Avant de jurer mentalement. Bordel! Elle devrait au moins connaître la nationalité de l’homme qu’elle avait épousé, non? Si elle continuait dans ses faux pas, l’immigration se rendrait rapidement compte de la supercherie et renverrait le pauvre Liang vers des contrées sauvages, coreé ou chine, elle n’en savait rien! Merde. Déterminée à donner sa meilleure performance, comme si le livreur de pizza était un agent d’immigration sous couverture, elle avait pris cette bouille rêveuse, conquise, en avouant, avec un sourire attendri. « Enfin… je veux dire, je ne lui ai jamais demandé. »

… Creusant définitivement sa tombe, elle s’était mise à jouer un peu trop au sérieux son rôle de femme conquise, une main sur le cœur, l’autre supportant une Suika qui sombrait dans le sommeil, alors qu’elle précisait, à l’intention d’un pauvre livreur qui n’en avait rien à foutre. « C’est qu’on s’est marié très vite, c’était un vrai coup de foudre! J’ai pas pu résister, il est tellement brillant, en plus d’être mignon… Il a un frère mannequin mais, vraiment, c'est lui le mieux foutu, je te le dis. Et puis… avec la naissance de Suika … » Si Jin Seok ne finissait pas avec une crise cardiaque, ça sera un miracle! Sourire amoureux aux lèvres, déterminée à gagner son oscar pour le meilleur acte de soutient, elle avait conclus, sans savoir l’implication de ce simple prénom. « Toujours est-il que, je n’ai jamais vraiment porté attention à sa nationalité. Après tout, c’est un homme exceptionnel, mon Liang. » RIP Soekie 
    
 
Melon flavor pizza ft. Jin Seok
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Confiture de pastèque (ou melon d'hiver)
» Pizza aux Escargots.
» (Vendue) Breitling Cosmonaute "Pizza" Réf: 819
» PIZZA
» COURONNE DE MELON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#SHIBUYACROSSING :: Wonderful Tokyo :: Minato-