grandma's theme + HAROON ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Sam 27 Oct - 2:14

♡ Haroon ♡

Hold hands. That’s what you’re meant to do. Keep doing that and don’t let go. That’s the secret.


Durant tout le trajet, de l'immeuble où ils vivaient jusqu'au combini, Haruto s'était retrouvé dans un état de stress presque palpable. L'étudiant derrière le comptoir l'avait regardé d'un œil morne, où le psychiatre avait pu tout de même déceler de la méfiance. Heureusement, ses achats ne paraissaient pas suspect – et, surtout, le caissier devait se dire que ce n'était pas ses affaires. Haruto avait donc rapidement fait le chemin inverse, cherchant à se rassurer au mieux. Sa grand-mère n'était pas une mauvaise personne. Si elle avait ses idées un peu désuètes sur le Japon, elle restait une personne tolérante. De plus, elle était sûrement intimidée par Ji Hoon. Tout le monde l'était. Qu'il soit cloué dans un fauteuil roulant ne changeait rien à son charisme. Oui, voilà. C'était là ce que Haruto se répétait. Tout allait bien, en réalité. Sa mamie ne poserait sûrement aucune question gênante. Et si une de ce genre devait lui échapper, il se disait que son compagnon ne lui répondrait pas. C'était pourquoi il s'était mis à marcher plus vite, dépassant de nombreuses personnes, s'excusant lorsqu'il ne faisait même que frôler quelqu'un. La poignée du sachet en plastique lui avait même fait une marque sur le bras, puisqu'il n'avait pris le temps de le changer de main ou de le tenir correctement.

Heureusement, il avait cette idée de génie. Des dorayakis. Shizue en était folle, même des industriels. Elle adorait la pâte azuki, ne refusant aucun dessert en contenant. Avec ça, sûrement qu'il réussirait à lui faire oublier le fait qu'il ne lui avait rien dit pour Ji Hoon. Les retrouver, assis sur le canapé, fit naître en lui un drôle de sentiment. A la fois inquiet et soulagé, Haruto se demandait ce qu'ils avaient pu se dire. Avaient-il réussi à communiquer ? Sa grand-mère utilisait parfois des mots compliqués et des expressions que plus personne n'utilisait. Il ne doutait pas des capacités de son petit ami, mais même lui avait parfois du mal à suivre Shizue, s'il ne prêtait pas attention. Maintenant qu'il y pensait, il espérait que son petit ami ne lui en veuille pas trop, de l'avoir laissé en tête à tête avec Shizue. Mais visiblement, tout allait pour le mieux, à en croire la réponse qu'il lui donna à sa question. Il n'était pas possible ! Même sa propre grand-mère ne pouvait résister au charme de Lee Ji Hoon ! Cela ne l'inquiétait cependant pas. Pas vraiment. D'accord, un peu. C'était lui le petit-fils chéri ! Qu'il lui laisse au moins ça, c'était pénible. Mais Haruto ne trouva pas le cœur de râler lorsque son homme lui caressa tendrement la joue. S'il osait... Juste un baiser. Mais ce n'était pas correct. Shizue ne devait pas être habituée à tant d'impudeur. Si elle était tolérante, il y avait tout de même des limites. Voilà pourquoi Haruto se retint. Et puis, en entendant la rétorque de Ji Hoon, il ne regretta pas vraiment. Ses sourcils se haussèrent, sa moue fut presque touchée. « Non. Je suis son préféré et c'est tout. » Sa mamie.

Qui revenait vers où, les preuves de sa culpabilité bien mal dissimulées. C'était amusant de la voir ainsi, si à l'aise avec Ji Hoon, malgré sa timidité et sa retenue habituelles. Haruto était heureux de voir son homme détendu, lui aussi. Même si ces deux-là semblaient bien s'entendre pour aller contre lui. Pinçant les lèvres à la remarque de Shizue, il plissa légèrement les yeux en lançant un regard vers son compagnon. « Tu ne devrais pas être de mon côté, toi ? » Il adressa un regard amusé à sa grand-mère qui pouffa, visiblement ravie que le beau Coréen soit dans son camp. Il le savait. Il n'aurait pas dû les laisser ensemble ! Mais le Japonais se retint de faire l'enfant en réclamant l'amour de sa mamie. Il restait son préféré, qu'on se le dise. De plus, Ji Hoon parlait de leur rencontre, et Haruto l'écoutait avec attention. Parce qu'il aimait lorsqu'ils parlaient d'eux. Dans ses mots, dans la façon dont il racontait les événements, on pouvait entendre combien il l'aimait, combien il était fier de cette histoire. Haruto se disait que ce n'était peut-être que pour lui, mais il aimait croire que tous ceux à qui son compagnon avait pu parler d'eux, que toutes ces personnes avaient compris combien leur histoire était belle. De son côté, le Japonais laissait toujours son cœur parler pour lui, quitte à passer pour un amoureux niais et trop romantique. Il aimait Ji Hoon au point de se ficher du regard des autres, de leur opinion. « On est des pots de colle ensemble, maintenant. » Et il adressa un doux sourire à son petit ami.

Sa grand-mère les regardait tour à tour, tout en grignotant un dorayaki. Un petit sourire flottait sur ses lèvres, à peine perceptible, mais bien présent pour qui savait observer. Visiblement, elle se sentait très bien ici. Le récit de Ji Hoon sembla lui convenir, elle avait compris combien ces deux hommes s'aimaient et combien cet amour était sincère. Lorsqu'elle apprit que cela faisait déjà deux ans qu'ils s'étaient avoué leurs sentiments amoureux, Haruto craignit qu'elle lui assène un nouveau coup de canne. Heureusement, ce ne fut pas le cas. C'était qu'elle pouvait frapper fort, si elle le voulait ! Mais son cœur se serra alors qu'il sentait la main de Ji Hoon s'échapper légèrement de sa prise. Deux ans, mais pas tout à fait. L'erreur commise lui revenait une fois de plus comme un boomerang en pleine tête. C'était atrocement douloureux de se savoir condamner à toujours regretter cette décision. Parce que cette erreur ne s'effacerait jamais, quoiqu'il fasse. En réponse, cependant, Haruto assura sa prise sur la main de Ji Hoon. Une nouvelle façon de lui faire comprendre qu'il ne le laisserait plus tomber comme il avait osé le faire, ce jour-là.

Parler des petits chiens lui remontait toujours le moral en flèche. Sa grand-mère pouvait apprécier la douceur du pelage de Takochi, et admirait la beauté de leur bichon. Sa petite famille. Celle qui lui suffisait, pour le moment. Il essayait de faire taire cette petite voix dans son cœur qui lui soufflait une envie insolite de bébé. C'était incongru. Haruto craignait d'aborder le sujet avec Ji Hoon. Il le savait sensible, et savait aussi que le temps viendrait. Ces derniers temps, ils devaient gérer beaucoup de choses, entre leur coming-out forcé et l'accident de Ji Hoon. De toute façon, ils avaient encore de nombreux jours devant eux. Ils devaient se concentrer sur eux, avant de pouvoir porter leur attention sur un bébé. De plus, c'était un sujet trop sérieux pour l'aborder si simplement, le Japonais l'avait bien compris. Ce dernier aurait néanmoins que la discussion continue sur sa petite famille, plutôt que vers sa mère. Depuis combien de temps n'avait-il plus eu de nouvelles ? Si sa réaction montrait qu'il lui en voulait encore beaucoup, au fond, il s'en voulait de réagir encore de la sorte. Ne devrait-il pas aller la voir, pour discuter vraiment avec elle ? Son énervement à la mention de sa mère fut plus que palpable, mais c'était plus fort que lui. Il se rappelait avec un peu trop de netteté de sa réaction lorsqu'elle avait appris pour Ji Hoon et lui. Mais inutile de l'apprendre à Shizue. Peut-être lui en parlerait-il. Plus tard, lorsqu'il se retrouverait seule avec elle. Préférant couper court à ce sujet de conversation, il se leva donc pour chercher le thé de sa grand-mère. C'était compliqué, oui. Mieux valait ne pas épiloguer là-dessus.

S'il avait fait de la peine à sa grand-mère en réagissant de la sorte, Haruto se ferait pardonner. Elle ne semblait néanmoins pas lui en tenir rigueur, puisqu'elle le taquina suite à son explication pour les bières. A son tour, il plaisanta, riant à la réponse de son compagnon. « D'accord, j'avoue. » Et il lui offrit ce doux sourire amoureux qu'il avait toujours pour lui. Shizue en profita pour poser des questions au Coréen, visiblement désireuse d'en apprendre plus sur lui. Malgré son caractère timide, elle restait très curieuse. Haruto mordit dans son dorayaki, laissant à Ji Hoon le soin de répondre. Il se disait qu'il pouvait alors observer leur comportement à tous les deux, se promettant d'intervenir s'ils montraient trop de complicité. Qu'on s'en souvienne, c'était lui le préféré ! « Mannequin ? C'est vrai que vous êtes très beau. » Haruto toussa après avoir mal avalé un morceau de sa pâtisserie. Il regarda sa grand-mère, une moue surprise tirant ses traits. Shizue lui rendit son regard ahuri, lui demandant si tout allait bien. « C'est le plus beau, oui. Mais ce n'est pas son seul atout. Il est plein de talents. » Haruto sourit à Ji Hoon, tout en essayant de lui faire passer un message ; qu'il évite de trop charmer Shizue ! Se penchant pour attraper un dorayaki, il le lui tendit alors que cette dernière reprit la parole. « Je vous souhaite un prompt rétablissement. Vous allez pouvoir remarcher, dans ce cas ? » Elle avait ce sourire empli d'innocence et de candeur, même à son âge. Elle porta la main devant sa bouche, alors qu'elle riait en entendant Ji Hoon accepter son marché. Haruto voulait râler, mais sa grand-mère était trop adorable.

Alors que Ji Hoon parlait, le Japonais se saisit de sa bière, en buvant quelques gorgées. Du coin de l’œil, il observait Shizue. Cette dernière accordait toute son attention à son compagnon, ponctuant chaque nouvelle information de « oh », accompagné d'un hochement de tête. Contre le bord de son verre, le Japonais souriait. « Vous avez une grande famille ! Ils habitent tous en Corée du Sud ? Vous parlez chinois avec votre maman ? » Haruto posa sa bouteille sur la petite table, se laissant doucement tomber contre le dossier du canapé, cherchant une nouvelle fois la main de son compagnon. « Elle est vraiment très curieuse, une fois lancée. » Il pouffa en voyant le regard que lui lança sa grand-mère. Cette dernière sembla soudainement tout excitée. « De la magie ? Vous pourrez faire un tour devant moi ? » Maintenant, elle ressemblait un peu à une enfant. Haruto laissa son pouce caresser la peau du dos de la main de Ji Hoon. Ce dernier ne pouvait tout dire à Shizue, mais il s'en sortait remarquablement bien. « Vous avez beaucoup voyagé. » Cela était impressionnant pour une femme qui n'avait jamais vu autre chose que sa campagne, puis la banlieue de Tokyo. Haruto sourit à son homme. « Vraiment ? Plus la peine d'acheter ces bières coréennes, alors ? » Il plaisantait, car ce serait sûrement lui qui aurait le plus de mal à se défaire de leurs habitudes coréennes. Shizue se contenta de sourire, trouvant Liang visiblement très intéressant. « Vraiment ? Avez-vous une photo de lui ? »

Haruto se crut à l'abri pendant un instant. Il s'était dit que si Ji Hoon et sa grand-mère étaient en pleine discussion, ils en oublierait ce petit marché sur lui. Mais c'était sans compter la curiosité de son compagnon. Il grimaça, plissant les yeux en le regardant. Il osait ! De son côté, Shizue pouffa en buvant de petites gorgées de son thé au jasmin. « Voyons... Est-ce que mon petit-fils cuisine pour vous ? La première fois qu'il a voulu me cuisiner un plat, il avait douze ans. Il m'a promis avoir une bonne recette, et je lui ai acheté l'un des meilleurs poissons du marché. Je l'ai alors laissé me concocter son fameux plat... Je suis désolée de le dire aujourd'hui, mais c'était infect. » Elle eut un petit rire devant la moue boudeuse de son petit-fils. « En fait, il avait confondu mes épices, et y avait ajouté de la cannelle à la place de je-ne-sais quoi. » Un regard navré et attendri à la fois se posa sur Haruto. « Comme il avait remarqué lui-même que ce n'était pas vraiment mangeable, il n'a plus jamais voulu cuisiner quoique ce soit. La seule chose que j'ai pu lui apprendre, ce fut les onigiris. » Haruto secoua la tête en riant un peu. Sa spécialité. Ji Hoon apprenait aujourd'hui d'où lui venait son talent. « Je pourrais également vous racontez la fois où ses sœurs se sont amusées à le déguiser en fille et forcé à sortir au parc comme ça. Il n'a pas bronché, car il aime trop ses sœurs pour ça. Eh bien dites-vous que toutes les personnes que nous avons croisé ce jour-là l'ont trouvé très mignonne. Une voisine m'a même confié que j'avais de la chance d'avoir trois belles petites-filles comme ça, que l'aînée était si jolie, bien plus que sa propre petite-fille. » Haruto ferma les yeux, retenant un chouinement. C'était légèrement humiliant. « Il y en a d'autres, que voudriez-vous savoir ? » Elle l'avait demandé d'un air un peu trop enjoué, au goût de Haruto. « Et si on commandait le dîner ? » Ce n'était pas vraiment le changement de sujet le plus subtil, mais Haruto craignait qu'elle en dise trop, qu'elle lui rappelle des souvenirs enfouis encore plus embarrassants, que Ji Hoon n'avait pas besoin de connaître.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Dim 28 Oct - 2:51

♡ Haroon ♡

Hold hands. That’s what you’re meant to do. Keep doing that and don’t let go. That’s the secret.


Quand on était avec une personne, qu’on se considérait comme un « nous », qu’on envisageait de finir sa vie avec elle, n’était-ce pas normal d’avoir envie d’absolument tout connaître de lui ? Son passé, ses projets futurs, son présent ? C’était ce qu’il ressentait pour Haruto. Il savait qu’il y avait tant d’années qu’ils n’avaient pas vécu ensemble. Des années dont il ne connaissait que des bribes, des petites choses qu’il avait pu lui raconter, sans que cela ne le satisfasse totalement. Il savait que ses proches devaient en savoir plus. Sa mère avait toujours des anecdotes à raconter concernant ses frères et sœurs et lui, dont il ne se souvenait même plus, ou dont il n’avait pas forcément envie de se souvenir. C’était tout cela qu’il voulait savoir aussi. Ji Hoon avait compris qu’il avait eu une enfance solitaire, sans avoir beaucoup d’amis, jouant souvent tout seul comme il le lui avait dit. Mais il y avait des personnes gravitant autour de lui et il avait été moins ennuyeux qu’il le décrivait. Le Coréen en était certain. Haruto ne réalisait pas sa complexité, toutes ces petites choses qui le définissaient. Son amour pour son Japonais grandissait chaque jour et, chaque jour, il espérait en savoir plus sur lui.

Ils avaient grandi dans deux environnements totalement différents. C’était ce qui lui donnait sans doute cette envie d’en savoir plus. Ça le fascinait, quand il lui parlait de comment il vivait, comment il jouait, son école, l’éducation en général. Ce n’était pas qu’une question de classe sociale mais aussi de culture, de tradition. Le Japon et la Corée du Sud pouvaient être très différents. La façon qu’il avait d’aborder certaines choses, des fêtes et des mythes qui n’existaient nulle part ailleurs. Ji Hoon voulait tout savoir parce que tout ce qui touchait son petit-ami l’intéressait vivement. Il avait envie de tout partager avec lui, aussi bien son passé que le sien, d’avoir des petites histoires amusantes le concernant. Qu’il lui raconte aussi les moments les plus difficiles, les choses qui l’avaient traumatisées ou fait souffrir, ces petites choses dont il n’avait parlé à personne mais qui le suivaient encore aujourd’hui. Ji Hoon voulait sincèrement savoir tout ça, pour le rassurer, pour le consoler, pour qu’il puisse laisser ensuite cela derrière lui et qu’ils avancent ensemble. que Haruto voit combien sa vie était merveilleuse désormais. Parce qu’il avait à ses côtés une personne qui ferait tout pour cela. Qui voulait tout simplement le rendre heureux. Très, très heureux.

« Hmhm. » Qu’il était mignon, quand il faisait l’enfant comme ça. il voulait absolument être le préféré de Mamie. Ah ! Il pouvait le comprendre. Pinçant doucement sa joue, il plissa son nez. « T’es mon préféré à moi aussi », ajouta t-il dans un murmure. Et personne ne pouvait même prétendre à la compétition. Il accorda rapidement son attention à la vieille dame. Elle était tellement mignonne, il avait envie de la garder avec eux. Puis il se souvint qu’un jour, très bientôt, il allait retrouver l’usage de ses jambes. Et qu’il comptait prendre Haruto et lui faire l’amour un peu près partout dans l’appartement et que cela ne pourrait arriver si elle était là. Non, il allait abandonner l’idée. Il voulait vraiment pouvoir réaliser tous les fantasmes refoulés et vider toute sa frustration. Parfois, il regardait Haruto et s’imaginait déjà tout ce qu’il allait lui faire et tout ce qu’il aimerait que son homme lui fasse. Mais il n’allait pas y penser maintenant, ce serait terriblement gênant. Son sourire vint chasser ses pensées coquines, il haussa les épaules. « Pas ce soir, Haruto. Pas ce soir. » Ce soir, il était avec Mamie. Une Kamiya qui l’aimait ! Enfin ! Bon, il savait que Haruno l’aimait bien, Haruka le détestait, ça, il le savait. Mais Erena et Keisuka devaient au mieux avoir une opinion neutre. Donc ça ne l’arrangeait pas trop.

Expliquant leur rencontre et leur relation en général, il finit par approuver la conclusion de son petit-ami. Ils étaient des pots de col ensemble, oui. Et ça leur allait très bien ! Ji Hoon savait que certains couples aimaient garder une certaine distance, être totalement indépendant l’un de l’autre, mais ce n’était pas leur cas. Eux, au contraire, avaient besoin de se coller quand ils étaient ensemble et de garder un lien pendant la journée. Quand il travaillait trop, les interactions étaient rares et leur couple en avait un peu souffert. Ji Hoon avait bien compris qu’ils devaient s’assurer de garder ça. sinon, rien n’irait. Ils avaient tous les deux faits des erreurs et certaines d’entre elles le hantaient encore parfois. Un léger sourire flotta sur ses lèvres en sentant son homme serrer plus fort sa main quand lui la lâcha un peu de son côté. Tout cela était derrière eux désormais et Ji Hoon avait réappris à lui faire confiance. Totalement confiance. Il ne devait plus y penser, il ne devait plus s’en inquiéter. Haruto ne le quitterait plus jamais comme cela. Ils pouvaient désormais parler des petits chiens, avant que la conversation ne s’assombrisse à nouveau. Devait-il encourager Haruto à renouer les liens avec sa mère ? Sans doute. Sa propre mère lui avait conseillé de le faire, de mettre sa haine de côté pour le bien de celui qu’il aimait. L’air de rien, Ji Hoon savait que son petit-ami souffrait de la situation. Il avait toujours été plus ou moins proche d’elle et, malgré le mal qu’elle a pu faire, elle restait sa mère. Et elle avait besoin de lui, comme il devait avoir besoin d’elle, au fond. Cependant, il reprendrait cela avec lui plus tard, au moment venu.

Sourire fier quand Haruto avoua enfin l’évidence. Bien sûr qu’il était ce qu’il préférait en Corée du Sud ! Même s’il devrait lui organiser un nouveau séjour à Séoul, comme piqûre de rappel. Pourquoi pas à Jeju, plutôt ? Ils en reparleraient. Plus tard, probablement. Ji Hoon ne voulait pas s’empêcher de vivre, mais il ne voulait pas non plus négliger sa rééducation. Confiant à sa grand-mère ce qu’il faisait dans la vie, ou plutôt, ce qu’il espérait pouvoir faire à nouveau, un sourire plus que fier se logea sur son visage quand elle affirma qu’il était très beau. Elle avait raison ! Le plus beau. Haruto avait raison aussi ! Il sentait ses chevilles doubler de volume, même si, sans prétention, il était vrai qu’il était incroyablement beau. Probablement le plus beau. Oui ! Et il avait beaucoup de talent ! Tout le monde disait des choses si vraies ici ! Prenant fièrement sa pâtisserie, il en mangea une bouchée, secouant la tête. « Oui, je suis dans la bonne voie ! J’ai fait déjà beaucoup de progrès, vous savez ? » Il en était vraiment fier et espérait que cela ne ferait que s’améliorer. Il avait la ferme intention de retrouver l’entièreté de sa mobilité.

« Ils habitent tous ici maintenant ! Et on parle le mandarin à la maison. » Sa mère parlait désormais un coréen correct, mais ce n’était pas le cas avant. « On a tous plutôt appris le coréen en allant à l’école. » Une raison pour laquelle sa propre grand-mère avait toujours un peu préféré ses cousins. Ils étaient vraiment Coréens, eux, au moins. Mais Ji Hoon n’en avait jamais vraiment eu quoique ce soit à faire. Il secoua la tête vers son homme pour lui faire comprendre que ce n’était pas grave. Il aimait bien parler de sa famille. La question suivante était plus compliquée. Un petit rire quitta ses lèvres. il n’avait plus vraiment fait de tour depuis longtemps. « Je peux essayer oui… » S’aidant de l’accoudoir, il retourna sur son fauteuil. « Je reviens ! » Et il fila dans leur chambre, cherchant son jeu de carte et une pièce. Il roula jusqu’à la vieille dame, restant près d’elle. Il montra la pièce posée dans sa main, s’assurant qu’elle la voyait aussi avant de la fermer, la retourner et l’ouvrir à nouveau. Plus de pièce. « Haruto, tu peux passer ta main dans tes cheveux ? » Et le retour de la pièce. Satisfait, il put ouvrir son jeu de carte. « Madame Kamiya, vous pouvez me donner une carte ? » Attendant qu’elle lui dise le nom de la carte en question, il hocha la tête avant de glisser son pouce pour les faire défiler, un petit bonhomme apparut, dessiner sur chaque carte pour le faire bouger comme s’il sortait quelque chose de sa poche, montrant finalement celle qu’elle avait désigné. Il la lui tendit, ne pouvant être plus fier. Il s’aimait tellement aujourd’hui.

Ses tours terminés, il retourna chez son homme, retrouvant le confort du canapé. « Si, eh ! » Il lui donna une tape sur la cuisse. Il y tenait, à ses bières coréennes ! « Et tu vivrais plus sans kimchi ! » Ils avaient souvent du kimchi, pour tout. Et Haruto adorait ça. sans se faire prier, il sortit son téléphone pour montrer la photo la plus récente de Liang qu’il avait. Ils ne se ressemblaient pas beaucoup. Elle espérait qu’elle le trouve quand même plus beau que lui. Néanmoins, il oublia rapidement cela. C’était enfin l’heure des anecdotes ! Ji Hoon hocha la tête. Haruto cuisinait très souvent pour lui, pour son plus grand bonheur ! Néanmoins, l’histoire de Shizue lui rappela que son homme n’avait pas toujours été un cordon bleu. Bien au contraire ! Il pouffa face à cette histoire. De la cannelle avec du poisson ? En même temps, on pouvait facilement se tromper, surtout lorsqu’on cuisinait pour la première fois. La mine boudeuse de Haruto suffit à le faire exploser de rire et il secoua la tête. « Ah, les onigiris ! Avant qu’on vive ensemble, il cuisinait que ça ! Tout le temps ! » Des onigiris pour tout et n’importe quoi. Puis ils avaient commencé à cuisiner ensemble et son homme s’était nettement amélioré. « Maintenant, il cuisine vraiment très bien, hm ? » Il lança un regard à Haruto pour qu’il l’approuve, passant rapidement sa main dans les cheveux de son homme pour qu’il se rassure.

La prochaine anecdote était bien plus intéressante. Et surtout, bien plus drôle ! Déguisé en fille ? Ji Hoon posa sa main sur ses lèvres, ayant du mal à contenir un fou rire en imaginant ça. Ses sœurs faisaient vraiment n’importe quoi avec lui. Jamais il n’aurait accepté cela de la part de Mei Lin et Sooyoung ! De toute façon, ses sœurs avaient une poupée de choix et c’était toujours Jin Seok qu’elles prenaient en victime. On trouvait donc Haruto vraiment mignonne en fille et on le prenait même comme cela. C’en était trop. L’image était bien trop drôle et il éclata de rire rien que de l’imaginer se baladant dans une petite robe. Son regard se posa sur son petit-ami, il tenta de l’imaginer avec de beaux et longs cheveux et une petite robe. « Roh, il serait encore si mignonne… Haru-chan… » Il serait si joli. Gloussant comme un idiot, il savait d’avance que cela ne serait pas oublié. Jamais. Il allait emporter cela dans sa tombe. « Vous avez des photos ? Si oui, je veux les voir ! » Et la garder, pour toujours. Il secoua doucement la tête. S’ils s’étaient rencontrés enfants, ils n’auraient certainement jamais été amis. Mais c’était drôle quand même.

Réfléchissant déjà à ce qu’il voulait savoir d’autre, si gentiment proposé par la vieille dame, il fronça les sourcils quand Haruto proposa de commander à dîner, pour éviter la conversation, sans doute. « Mon ordinateur est encore allumé, commande ce que tu veux ! Sauf si vous avez une préférence, Madame Kamiya ? » Pas le temps de penser à manger ! Haruto pouvait commander de son côté, Ji Hoon avait d’autres choses à faire pour l’instant, comme se renseigner le plus possible sur le passé de l’homme qui partageait sa vie. Il le connaissait si peu, au final. Comment aurait-il pu imaginer que ce dernier se travestissait, martyrisé par ses sœurs ? Le pire était quand même qu’il acceptait de sortir comme ça. Prenant un moment, il sourit en trouvant quoi demander. « Est-ce qu’il faisait des bêtises ? Il était comment petit ? Et ado ? A quoi il jouait ? Il était sage ? Je pense qu’il était sage. » Il ne pouvait l’imaginer autrement que très sage et obéissant. « Qu’est-ce qu’il aimait faire ? Il pleurait souvent ? » Parce que maintenant, il pleurait un peu pour rien, même s’il s’était repris et que Ji Hoon trouvait ça mignon, qu’il soit si sensible. « Je veux tout savoir sur lui. Si vous avez des questions à propos de Haruto, je peux tout vous dire ! » Sauf les choses trop intimes, évidemment.


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Lun 29 Oct - 0:47

♡ Haroon ♡

Hold hands. That’s what you’re meant to do. Keep doing that and don’t let go. That’s the secret.


Dès qu'il était rentré du combini et avait aperçu son compagnon et sa grand-mère dans l'espace salon en train de discuter, Haruto s'était demandé si les laisser ensemble était vraiment une bonne idée. Maintenant qu'il se rendait compte qu'il n'aurait pas dû craindre avouer à sa chère mamie qu'il était en couple avec un homme, il se maudissait un peu de justement ne rien lui avoir dit. Que s'étaient-ils dit, en son absence ? Ji Hoon ne paraissait pas vraiment traumatisé, elle ne lui avait donc rien dit de trop choquant concernant la suprématie nipponne ou il ne savait trop quoi. Il ne semblait pas non plus déprimé lorsque Haruto vint s'asseoir à ses côtés et lui demanda si tout allait bien. A croire qu'une certaine complicité était même née entre ces deux-là, et le Japonais se demanda vaguement s'il devait s'en inquiéter. Pas seulement parce qu'il aimait sa place de chouchou dans le cœur de Shizue – il savait que ce n'était pas prêt de changer, malgré le charme indéniable de son homme – mais surtout pour toutes ces expériences plus ou moins embarrassantes vécues lors de son enfance dont sa grand-mère avait été témoin. Certains événements dont lui-même n'avait sûrement plus conscience. Des souvenirs qu'il ne partageait pas avec elle, parce qu'il avait été trop jeune, à l'époque.

Haruto rendit son sourire à Ji Hoon. Bien évidemment qu'il était son préféré. Il avait même plutôt intérêt ! Il lui adressa un clin d’œil, traduisant sans mal sa pensée ; il était son préféré à lui aussi. Néanmoins, le Japonais se disait qu'il devait opter pour plus de retenu, devant sa grand-mère. Il ne voulait pas l'embarrasser, se souvenant vaguement de la pudeur dont elle avait toujours fait preuve avec son époux, le grand-père Kamiya aujourd'hui décédé. Haruto ne les avait jamais vu s'embrasser, ni même se tenir la main. Un couple nippon de la vieille école. Un mariage arrangé, un fils unique. Une femme dévouée, un mari travailleur. Shizue avait quitté son post d'enseignante pour élever Keisuke, et elle ne s'en était jamais plainte. Ses petits-enfants avaient pu profiter de ses savoirs, une fois entrés à l'école. C'était elle qui avait donné le goût d'apprendre à Haruto. Ce dernier admirait l'intelligence de sa grand-mère, une petite fille de la campagne devenue dame de la ville, sans pour autant perdre sa douceur et sa gentillesse. Elle était restée humble, et avait su dompter le taciturne Kamiya Masaharu, cet homme discret, au caractère légèrement bourru. Sa beauté ne faisait pas tout, et nombre de prétendantes avaient fui face à sa rigueur et son manque de conversation. Shizue disait toujours que pour elle, ça n'avait pas eu de grande importance. Sa douceur avait touché son fiancé, et ils s'étaient sincèrement aimé. Si cette histoire plaisait à Haruto, il ne voulait pas forcément vivre une histoire similaire avec Ji Hoon. Lui aimait la passion de cet amour qu'ils partageaient, ne pouvait s'empêcher de le montrer, de le vivre pleinement. Ils vivaient avec leur temps.

Devait-il en vouloir à Ji Hoon de ne pas être de son côté ? Haruto choisit que non, cela l'amusait, même. Il se demandait si c'était là une façon pour son homme de nouer des liens avec Shizue. Il cherchait indéniablement à avoir son approbation. C'était plutôt mignon, et ça le touchait. Son compagnon voulait être proche de sa famille. Voilà pourquoi il voulut bien admettre que c'était lui, son préféré, ce qu'il aimait de plus venu de Corée du Sud. Et de Chine. Et du monde entier, en vérité. Son sourire était sincère, lorsqu'il le lui avoua (une fois de plus). Il le laissa raconter comment ils s'étaient rencontré, se replongeant avec amusement et bonheur dans ses propres souvenirs. Dire qu'il les avait perdus, pendant un moment ! Cette idée le faisait toujours frissonner d'horreur. Perdre la mémoire était une expérience horrible, vraiment. Il ne le souhaitait à personne, même pas à ses ennemis. Surtout pas aux gens qu'il aimait. Même Haruka, à qui il ne parlait plus vraiment. Le contact était rompu, Haruto avait définitivement coupé le cordon, comme beaucoup de monde le lui avait suggéré, fut un temps. Sûrement ces personnes ne pensaient pas qu'il le fasse de façon si radicale. Mais pour son fils, il était intolérable qu'elle réagisse de la sorte. En tant que mère soi-disant dévouée, elle aurait dû montrer son soutien au couple qu'il formait avec Ji Hoon. Le rejet dont elle avait fait preuve envers ce dernier mettait Haruto en colère à chaque fois qu'il y pensait. Bien sûr, quand cette colère se calmait, il se disait qu'il devrait faire le premier pas et revenir vers elle. Elle restait sa mère, et pendant des années, cette dernière avait fait son possible pour le soutenir, même si elle avait souvent cherché à contrôler sa vie. Et voilà qu'il était à nouveau fâché contre elle. Une boucle sans fin, semblait-il.

Il ne voulait pas penser à des choses tristes ou qui le mettaient en colère. Aujourd'hui, il se retrouvait en présence de sa mamie, avec son homme. Une scène qu'il n'avait même jamais osé espéré. La réaction de Shizue, Haruka aurait dû l'avoir. De plus, elle l'encourageait et le complimentait. Peut-être devrait-elle s'arrêter là ? Haruto pouvait sentir la fierté de Ji Hoon grandir, son ego flatté. Cependant, il ne pouvait lui en vouloir. Lui-même ne pouvait qu'approuver les mots de sa grand-mère. Le plus beau. Son sourire traduisait sans mal toute l'admiration qu'il avait pour son homme. Le meilleur. Il hocha fièrement la tête lorsque ce dernier annonça faire des progrès. Shizue sourit encore plus largement, faisant part de sa joie de l'apprendre, tout en trempant ses lèvres dans son thé qui devait pourtant être encore un peu brûlant. Peut-être danseraient-ils ensemble au mariage de son père ? Non. Ils danseraient ensemble. Montrant à tous combien ils étaient beaux et parfaits. Qu'ils ne craignaient plus les regards des autres. Néanmoins, Haruto n'y fit pas mention de vive voix, sachant sa grand-mère mitigée à propos de ce mariage. Elle n'était pas stupide, et se doutait bien que son fils n'était pas tout blanc dans ce divorce. Il écouta à peine ce que Ji Hoon put raconter à sa grand-mère. Il entendait vaguement ses « oh » et ses « ah ». Au moins, elle ne faisait pas semblant et écoutait attentivement. « Et Haruto a appris à converser avec vous en mandarin et en coréen ? » L'intéressé releva la tête, soudainement tiré de ses pensées. « Pas aussi bien que Ji Hoon parle japonais. » Beaucoup, beaucoup moins bien. Et il s'en voulait vraiment pour ça.

La magie. Ça lui manquait de voir son homme faire des tours. Il lui demandait, parfois. Rarement, mais il craignait que son compagnon pense qu'il le poussait à retrouver sa carrière d’illusionniste. Haruto ne souhaitait que son bonheur, qu'importe le métier qu'il choisissait d'exercer, au final. Se redressant lorsque Ji Hoon glissa dans son fauteuil, il resta en alerte. C'était plus fort que lui. S'il connaissait les progrès que son homme avait pu faire ces derniers temps, il craignait toujours de le voir tomber. « Il est vraiment doué, tu vas voir mamie. » Haruto sourit devant l'impatience et la curiosité dont faisait preuve Shizue. Il observa son homme préparé son tour, levant des sourcils curieux lorsqu'il lui demanda de passer sa main dans ses cheveux. Ce qu'il fit, montrant alors ce qu'il avait intercepté entre ses doigts. La pièce. « Je la garde, merci. » Et il la glissa dans la poche de son pantalon. Se penchant en avant, il posa ses coudes sur ses genoux, les yeux rivés sur sa grand-mère qui poussa un petit cri de surprise, visiblement impressionnée par le second tour offert par Ji Hoon Le Magnifique. Haruto se redressa en applaudissant doucement, alors que Shizue serra la carte entre ses doigts. « Mon petit-fils a raison, vous êtes très doué. J'adore la magie, je ne veux même pas connaître l'astuce derrière le tour. » Elle posa sa main sur la sienne, la serrant doucement, avant de le laisser rejoindre Haruto. Ce dernier en profita pour le taquiner sur sa passion japonaise. Mais son homme trouva l'Argument. Il porta une main sur son cœur, avant de capituler. Ji Hoon avait raison ; le kimchi avait une place trop importante dans sa vie, aujourd'hui.

Shizue se pencha un peu en avant pour mieux apercevoir le visage de Liang. « Votre frère est très beau également. Mais je vous préfère vous. » Haruto sourit, avant de poser les yeux sur son homme. Ces chevilles allaient finir par être énormes. C'était sa grand-mère qui lui faisait du charme, désormais. Et voilà qu'elle lui raconta la première anecdote à son propos. Haruto se souvenait vaguement de ce poisson à la cannelle. Une horreur. Il s'était depuis amélioré, et avait cesser de se nourrir presque exclusivement d'onigiri. Shizue pouffa à la remarque de Ji Hoon. « Je ne peux le blâmer. Nous avons perfectionné notre art ensemble. Mais je suis heureuse d'apprendre que tu t'es amélioré, mon chéri. » Haruto sourit, embarrassé, rougissant même un peu lorsque son homme passa sa main dans ses cheveux blonds. « C'est quand même Ji Hoon qui cuisine le mieux. » Mais voilà que sa grand-mère commençait à raconter une anecdote bien plus embarrassante encore, et Haruto voulut lui demander d'arrêter. Cela ne louperait pas. C'était trop tard. Haruto ne se souvenait absolument pas de cet événement, au point de se demander s'il n'était pas inventé. Jusqu'à la réponse de sa grand-mère à la demande de Ji Hoon. « Bien sûr ! Pas sur moi, malheureusement. Vous devriez passer un jour à la maison, j'ai des tas de photos de mes petits-enfants ! » Haruto lança un regard à son compagnon, les yeux plissés. Bien sûr, il se doutait que ça ne l'impressionnait pas, comme ça n'impressionnait pas sa grand-mère.

Son intervention pour tenter de stopper Shizue fut un échec. « Non, c'est gentil, mes chéris. » Et sur ces mots, elle se pencha pour prendre un nouveau dorayaki. Pas étonnant qu'elle n'ait pas faim. Haruto resta donc assis, croisant les bras comme un enfant boudeur. « C'était un ange. Bien trop mignon, parfois. » Elle pouffa, comme si un souvenir lui revint soudainement. Elle posa son dorayaki sur la table, avant de prendre sa tasse. Haruto, de son côté, préparait sa vengeance. Le tout, c'était de réussir à communiquer efficacement avec Hua. « Mais je t'ai déjà raconté plein de choses ! » Shizue toussota. « Même ta première saint Valentin ? » Haruto fronça les sourcils, se demandant bien de quoi elle parlait. « Les Kondô vivaient en face de vous, et avaient une petite fille de l'âge de ton âge, tu te souviens ? » Il secoua la tête. « La petite Hitomi était très mignonne. Et tu lui plaisais beaucoup. Ta mère et la sienne vous trouvaient adorables ensemble. Je pense que c'est sa mère qui l'a un peu forcée, mais... Vous ne deviez pas avoir plus de sept ans. Le jour de la saint Valentin, la petite Hitomi est venue te chercher pour jouer. Vous vous êtes assis au bord du trottoir, et elle t'a offert un muffin au chocolat. Tu l'as goûté et... » « Oh, c'est pas vrai. » Shizue hocha la tête, regardant Ji Hoon. « Il l'a recraché. Comme ça, devant elle. » Haruto porta sa main à son visage en soupirant. Pauvre Hitomi. Il se demandait ce qu'elle devenait. « Il lui a alors posé la main sur l'épaule, et lui a dit que ce n'était pas grave. Que ses sœurs faisaient des mauvais gâteaux aussi. Puis il est rentré, parce qu'il s'était mis à pleuvoir. Hitomi n'est jamais revenue le chercher pour jouer, et leurs mères ne se sont plus parler. Les Kondô ont déménagé un mois plus tard. » Shizue garda son air grave, avant de rire. « Evidemment, cela n'a rien à voir avec toi, son père a obtenu une promotion, mais je trouvais ce hasard plutôt drôle. »

Haruto secoua la tête. Il se releva, et disparut dans leur chambre sans rien dire. Shizue se pencha un peu en avant, comme pour faire une confidence à Ji Hoon. « Il n'a jamais été très doué en amour. Je suis ravie de voir que cela s'est arrangé avec vous. » Des bruits de tiroirs qu'on ouvrait puis refermait se faisaient entendre. « Pour répondre à vos questions, il ne faisait pas souvent de bêtises. Du moins, pas de manière intentionnelle. Parfois, il lui arrivait de faire des remarques vexantes, mais je pense que tous les enfants le font ? Il a un jour dit à l'ancienne meilleure amie de sa mère qu'elle n'était pas très jolie. Et il a apprit à son oncle qu'il était cocu lorsqu'il lui a demandé si sa tante avait un nouvel amoureux. Il jouait souvent seul, ou avec Haruno. Je me demandais parfois si tout allait bien pour lui, mais il semblait heureux, et c'était le principal. C'est un garçon sensible, mais je pense que vous le savez. Comment est-il, aujourd'hui ? » Peu après, Haruto revint auprès d'eux, se laissant retomber sur le fauteuil. Il avait une petite boîte à chaussures entre les mains. Toute simple, sans rien inscrit dessus. Il l'ouvrit, et en fouilla le contenu. « Ah ! La voilà. » Il en sortit un cliché, et posa la boîte à côté de lui. « Mamie, tu te rappelles de Riki ? » Shizue poussa un petite exclamation, fixant son petit-fils. « C'est toi qui as ces photos ? » « Bien sûr. Pour éviter que vous en fassiez n'importe quoi. » Et sur ce, Haruto se retourna vers Ji Hoon. « Sache que si je te montre ça, c'est parce que je t'aime et que j'ai confiance en toi. Promets-moi de ne pas rire. Ou au moins, pas trop. » Mais il savait bien que c'était beaucoup lui demander, surtout lorsqu'il lui tendait cette photo. « C'est Riki. Le furet d'un collègue à mon père. On l'a gardé une semaine, lorsqu'il était parti en vacances avec sa femme. » Dans ce coin, Shizue sembla être prise d'une crise de spasmes. En vérité, elle contenait un fou rire. « J'ai insisté pour le garder moi-même. Je l'ai même emmené au parc Yoyogi pour une rencontre d'amateurs de furets. Une belle après-midi où ont été prises ces photos. » Oui, parce qu'il y en avait d'autres. « Ce n'était pas la période où j'étais le plus mignon. » Un peu plus dodu qu'à l'ordinaire. Sa rentrée au collège avait été un peu stressante. Mais c'était une autre histoire. « Bref. Ces photos sont aussi les dernières de Riki. Sur le chemin du retour à la maison, sa laisse m'a échappé. Le pauvre animal, paniqué, a été renversé par la moto d'un livreur de curry indien. » Et ce fut ainsi que sa jeune carrière de petsitter prit fin.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Mar 30 Oct - 0:01

♡ Haroon ♡

Hold hands. That’s what you’re meant to do. Keep doing that and don’t let go. That’s the secret.


Shizue était une vieille dame très mignonne. Ji Hoon en était déjà totalement fan et regrettait que son homme ne lui ait jamais vraiment parlé d'elle auparavant. Il l'avait mentionné, bien entendu, mais pas assez à son goût. Ji Hoon aurait voulu plus de détails ! Qu'il lui explique vraiment combien elle était exceptionnelle. De quoi avait-il l'air, là, à penser qu'elle était ordinaire jusqu'à ce qu'elle parle ? A son âge, se montrer si ouverte d'esprit, c'était si rare. Pas la moindre gêne, elle lui parlait comme si... Comme si elle avait rencontré la petite-amie de son petit-fils, en réalité. C'était probablement bête à dire, il pouvait le concevoir. Néanmoins, il n'avait jamais eu la sensation d'être si facilement accepté, que leur relation paraisse normale. Sa propre mère avait eu besoin d'un temps d'adaptation. Le Coréen savait bien que ce n'était pas qu'à cause du scandale et de la « tromperie » avec Yurina. Ils en avaient longuement parlé, elle avait eu besoin de comprendre comment son fils, qui lui avait toujours semblé si « hétérosexuel » était désormais en couple avec un autre homme. Non, ça n'avait pas été évident pour elle. En venant chez eux au début, il y avait toujours eu un peu de gêne avant qu'elle ne s'y fasse et adopte totalement Haruto, tombant sous son charme sans même s'en rendre compte.

Oui, il avait fini par séduire sa mère, pour son plus grand bonheur. C'était important pour lui qu'elle l'aime. Ji Hoon avait conscience que la majorité de sa famille les aurait rejetés et n'aurait pu accepter une relation homosexuelle. Il se souvenait sans mal des commentaires inappropriés des hommes Lee lors des repas de famille, envers les étrangers, envers les personnes différentes, envers les gays. Lui aussi, pendant longtemps, il avait pensé comme eux. Fermé d'esprit au maximum. Ce n'était pas pour rien qu'il avait d'abord rejeté Haruto. Il avait tout cela qui lui revenait en tête, ces mots horribles, cette façon de traiter la différence. Comme si l'amour pouvait être quelque chose de mauvais. Parce que leur relation, ce n'était que ça. De l'amour, un homme qui en aimait un autre. Ils ne blessaient personne, vivaient, travaillaient, riaient, comme tout le monde. Il était bien content de ne pas devoir faire son coming out à ces gueux. Pour son père, il ne savait pas. Il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il aurait pensé. Enfin, si. Il aurait probablement été dégoûté, aurait eu beaucoup de mal à l'accepter. Mais l'aurait-il accepté au final ? Aurait-il coupé les ponts définitivement avec lui ? Ji Hoon essayait de ne pas se tracasser mais c'était plus fort que lui.

Parler de sa famille à Shizue lui faisait plaisir. Pouvoir partager un peu avec elle, lui décrire les siens. Cette famille atypique, Sino-Coréenne, venant d'un petit village et qui vivait désormais à Tokyo. Un drôle de mélange ! Mais Ji Hoon en était fier. Et il était fier de se dire que le mélange continuait, que les cultures se développaient encore, maintenant que son petit-ami était Japonais. Ils réinventaient une culture qui leur était propre, mélangeaient tous ensemble, tentaient de nouveaux décors, de nouvelles saveurs. Apprivoisaient les coutumes qui coulaient dans leurs veines. A la question de la grand-mère de son homme, un léger sourire se dessina sur ses lèvres, il regarda Haruto qui répondait à sa place. Beaucoup moins bien que lui en japonais ! « Il commence à avoir de bonnes bases en coréen, le chinois, on verra plus tard, même si ça ferait plaisir à ma mère. » Il lui sourit, plissant légèrement le nez. Oui, sa mère serait définitivement très heureuse que son beau-fils puisse s'exprimer en mandarin avec elle. Elle aimait bien discuter et c'était un peu frustrant qu'une barrière les sépare, qu'elle ne puisse pas discuter avec lui seule à seul. Hua aimerait pouvoir avoir une réelle conversation avec lui, sans son fils dans leurs pattes pour les déranger et monopoliser l'attention. Qu'il était pénible, celui-ci.

La magie était l'un de ses premiers amours. Il s'y était mis assez jeune, avec un livre qu'on lui avait offert pour son anniversaire et ça ne l'avait plus lâché, trouvant cela bien plus intéressant que les mathématiques ou la grammaire. Il lui fit des tours assez simples, qui pouvaient toujours impressionner. « Eh ! » Son sourire se fit amuser quand Haruto empocha l'argent, il fronça les sourcils, riant un peu ensuite. Plus jamais il ne le prendrait pour cobaye ! Le second tour sembla réellement plaire à la vieille dame qui était impressionnée par le tour de carte, laissant le Coréen fier et heureux alors qu'il la lui donnait. Il se demandait s'il pourrait encore être magicien. Il n'avait plus vraiment la même motivation qu'avant, quand bien même il avait gardé tous ses accessoires. Parfois, il lui arrivait de regarder le masque qu'il portait pour son dernier spectacle, un peu nostalgique. Danse et magie, trouver la musique adéquate et faire des tours qui ne lassaient pas trop facilement. Il aimait beaucoup mettre tout cela en place, c'était probablement plus artistique et plus anonyme. Personne ne connaissait son vrai nom, ni son visage qui était partiellement couvert. Sans doute aurait-il dû continuer dans cette voie. « Je ne vous l'aurais pas dit de toute façon. C'est un secret ! » Un vrai magicien ne dévoilait jamais ses secrets. Il ne les dirait même pas à Haruto.

Liang était très beau, mais son sourire vola au-dessus de ses oreilles quand elle précisa qu'elle le préférait lui. Il se courba un peu pour la remercier. Elle le trouvait beau ! Elle était fan de lui. Vraiment fan. Ce qui était normal. Il était vrai qu'il était incroyablement beau, oui. Peut-être réagissait-elle de façon si tempérée, comme si leur relation était habituelle parce qu'elle se disait que Haruto ne pouvait pas résister à un homme si beau. Bien entendu qu'on tombait amoureux de ce Coréen ! Qui ne tomberait pas pour lui ? Personne. C'était une réalité. Son narcissisme se calma pour parler de Haruto, adorant les petites anecdotes. Heureusement pour lui, son homme était devenu un bien meilleur cuisinier. « Allez, allez, tu cuisines tout aussi bien que moi maintenant ! » Ji Hoon était le premier fan des plats de son homme et il ne pourrait pas lui retirer cela. Il se régalait à chaque fois que Haruto cuisinait pour lui. L'amour rendait peut-être tout meilleur mais il était certain que son Japonais était un fin cuisinier. « Oh oui, s'il vous plaît ! Je voudrais voir ces photos ! Et celle de Haruto en petite fille, tout particulièrement. » Son sourire était malicieux. Haruto ne pourrait plus se débarrasser de cela désormais.

Shizue refusa le repas. Tant mieux ! Ji Hoon avait pleins de questions à demander. Il se doutait bien que Haruto était un ange, mais il devait probablement être un peu plus que ça à l'époque. Il était encore mignon, mais d'une autre façon. Sincèrement, à ses yeux, on faisait difficilement plus adorable que Kamiya Haruto. Ses sourcils se froncèrent quand le dit Kamiya Haruto vint protester concernant les secrets qu’il voulait apprendre. Ji Hoon fit un simple geste de la main. « Tu me dis pas tout ! Que les trucs mignons ou tristes, je veux les trucs gênants aussi ! » Pour l’aimer plus encore. Pas pour se moquer. Avec attention il écouta l’histoire avec la petite Hitomi. Sa main se posa sur ses lèvres, attendant la chute de cette belle histoire enfantine. A la réaction de son petit-ami, il comprit que ça allait être intéressant, et effectivement. « Il l’a craché ?! » Avant de dire que ses sœurs faisaient de mauvais gâteaux aussi ? Il pouffa contre sa main. Quel loser ! « T’as tellement mis la honte sur leur famille qu’ils ont dû quitter Tokyo. Peut-être même le pays ! » Avait-il honte ? Ji Hoon s’imaginait cette Hitomi, dépressive chronique, célibataire depuis toujours, ne pouvant se reconstruire après cet évènement, se rappelant du garçon qui l’avait rejeté. Pauvre petite chose.

« Eh, tu vas où ? » Il regarda Haruto s’en aller, tout penaud avant de hausser les épaules, reportant son attention sur la vieille dame. Il lui sourit, hochant la tête. Il était aussi bien content que son Japonais se soit amélioré en amour et qu’il ne parte pas dès qu’il pleut. Il était même plutôt romantique, terriblement érotique. L’amant parfait. Parfois, il lui arrivait de faire des remarques vexantes. Un manque de filtre qu’il avait pu contrôler désormais. Son sourire se fit amusé. Et dire qu’il le réprimandait parfois pour juger les moches quand il les croisait ! Lui au moins avait la décence de ne pas leur dire. Annoncer les nouvelles avec maladresse. L’histoire de son oncle lui rappela un peu amèrement le jour où Haruto lui avait violemment annoncé la mort de son père. Un terrible souvenir qu’il préférerait oublier. Au moins, il avait fini par le savoir et cela avait débloqué toute sa situation avec les siens, néanmoins, la nouvelle avait été douloureuse et il semblait qu’aujourd’hui encore, Ji Hoon n’en était pas tout à fait remis et la disparition de son père, pas tout à fait accepté. « Il n’a pas vraiment changé je crois. Toujours sensible et maladroit. Je pense qu’il est heureux. » Un sourire timide orna ses lèvres. Du moins, il espérait sincèrement qu’il le soit.

Ce dernier fit finalement son retour. Riki ? Qui était donc Riki ? Ji Hoon regarda cette boite qu’il ne connaissait pas. Ce n’était pas l’album photo avec le petit ourson qu’il avait pris chez ses parents. D’autres souvenirs, alors ? Son regard se leva vers son homme, il pinça les lèvres. C’était difficile ! Il voulait mériter l’amour et la confiance de Haruto, mais, et si c’était vraiment trop drôle ? Que ferait-il ? « Promis, je vais essayer. » Du mieux qu’il pourrait, mais la retenue, ce n’était pas tellement son truc. Son regard se posa finalement sur la photo qu’il voulu bien lui montrer. Non… Non, ce n’était pas possible. Ses lèvres se pincèrent, il hocha la tête, tentant à penser à des choses qui ne l’amusaient pas. Il avait gardé cette photo de Haruto petit, sur cette balançoire. Il était si mignon ! Mais là… Là… Et ce furet… Voir Shizue se contenir ne l’aidait pas vraiment et un rire roula dans sa gorge, qu’il étouffa comme il pouvait. Hochant la tête un peu plus, pour se donner de la contenance, il écoutait religieusement l’histoire. « Une rencontre… D’amateur de furet ? » Non, mais il voulait le tuer ! Il ne pouvait pas lui dire ça sérieusement. Et lui demander de ne pas rire ! « Effectivement. » Il murmurait pour ne pas garder la bouche ouverte trop longtemps. Non, il était bien plus mignon maintenant. La fin de l’histoire finit de l’achever et il tomba contre le dossier du canapé, explosant de rire. Il avait tué ce pauvre furet. Mais non, ce n’était pas possible. « Mais pourquoi t’es comme ça ?! »

Franchement, lui demander de ne pas rire, c’était comme lui dire de ne pas respirer ou de ne plus manger de kimchi à vie ! Sa main alla frotter le dos de son petit-ami, posant sa joue contre son épaule une fois un peu calmé, il regarda encore la photo, gloussant bêtement. « Regarde la tête de Riki, il a l’air dépité, comme s’il avait déjà accepté ce qui allait lui arriver… » Ce furet était au bout, il avait tenté de se suicider, qu’on ne lui dise pas le contraire. Pouffant encore un peu, il secoua la tête, sans la décoller de son homme. « On a tous eu une période comme ça quand on était adolescent. » Pas lui, cela dit. Il avait toujours été beau mais il voulait rassurer Haruto. Qu’il était vilain ! Mais au moins, il pouvait se vanter d’être devenu l’homme si beau et parfait qu’il était. Se décollant finalement, il prit un air suspicieux. « Tu m’aurais pas caché de la chirurgie au moins ? » Il le saurait, non ? Bah, il le pardonnerait si ça serait le cas ! Ce n’était pas le physique qui l’intéressait en priorité chez son homme, même s’il avait un corps magnifique et un visage avec un sourire qui l’éblouissait à chaque fois. « Montre-moi les autres photos avec le furet ! »

Il tenta de voir dans la boite avant de se redresser, comme s’il avait eu une soudaine révélation. Son regard se posa sur Haruto, quelques longues secondes. « Eh ! Mais t’as vraiment pas du tout changé en fait ! T'es juste devenu beaucoup plus beau ! »  C’était terrible ! Maintenant qu’il y pensait, avec tout ce que lui avait dit Shizue et les informations qu’il avait pu récolter sur sa jeunesse. Et lui qui se disait qu’il avait pu changer, au moins un peu ! Ses yeux se posèrent sur la vieille dame, très sérieusement. « Vous savez qu’il a lâché la laisse de Kimyaki une fois ? » Le bichon courut vers lui en entendant son prénom, sautant sur ses jambes pour se faire porter. Il l’installa sur ses cuisses. « Et il s’est fait percuter par une voiture ! » Ca, en plus de son père ! C’était édifiant de voir qu’il restait le même. « Pour répondre à votre question, aujourd’hui, il est exactement le même, sauf en plus grand. » Et plus sexy, et plus intelligent, et plus érotique, et plus drôle, probablement. Son nez se fronça un peu, il serra Kimyaki plus fort. « Toujours aussi maladroit et toujours un danger pour les animaux ! » Malgré lui, un petit rire quitta ses lèvres, ne lui en portant pas vraiment rigueur, même s’il allait éviter de le laisser tenir les petits chiens dehors. Sa main se leva pour ébouriffer ses cheveux, il posa ses yeux sur sa grand-mère. « Il est maladroit, mais on l’aime comme ça, non ? » Lui, en tout cas, l’aimait plus que tout, même avec ses adorables petites bourdes


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Mer 31 Oct - 0:48

♡ Haroon ♡

Hold hands. That’s what you’re meant to do. Keep doing that and don’t let go. That’s the secret.


L'un des regrets de Haruto, était de constater combien il avait perdu du temps. Une fois de plus. Voir combien sa grand-mère accueillait Ji Hoon dans la famille – car pour lui, c'était définitivement le cas – l'émouvait sincèrement. Il se répétait qu'il avait vraiment été idiot de lui cacher cette relation. S'il avait eu le courage de lui annoncer qu'il partageait sa vie avec un homme, il aurait pu la prévenir sur combien cet homme était merveilleux, combien il était parfait. Combien il l'aimait et combien il le rendait heureux. Il aurait pu passer des heures à lui parler de lui, lui exposer cet amour inconditionnel qu'il avait pour le Coréen. Oui, Haruto se disait qu'il aurait dû lui dire. Ou peut-être pas ? Au fond, les choses n'arrivaient pas toujours par hasard. Qui sait, peut-être que Shizue n'aurait pas si bien réagi, s'il lui avait annoncé par téléphone ? C'était sûrement très bien, qu'elle rencontre Ji Hoon en chair et en os. Qu'elle discute avec lui et découvre par elle-même quel homme incroyable il était. Qu'elle tombe sous son charme n'était pas étonnant, et son petit-fils ne pouvait pas lui en vouloir, après tout. Rien que de la voir écouter attentivement le Coréen raconter son parcours, puis parler de sa famille, Haruto était amusé. Ce n'était pas que de la politesse, elle s'intéressait vraiment à ce qu'il disait. Le plus drôle pour lui était de se rendre compte qu'elle n'avait jamais accordé autant d'attention à sa mère, n'accordant qu'une politesse froide à cette dernière lorsque celle-ci lui parlait de quelque chose la concernant. Au moins, elle acceptait mieux Ji Hoon que Haruka dans la famille.

Cela le rassurait et l'inquiétait en même temps. De son côté, il n'avait pas fait pareil effet à Hua. La communication entre eux était bien sûr plus compliquée, mais ce n'était que de sa faute. Il savait qu'il devait faire cet effort d'apprendre au moins les bases du mandarin. Cependant, ce n'était pas aussi simple, et plusieurs tournures basiques lui échappaient. Il savait bien que ce serait bien plus convivial de pouvoir suivre une conversation sans attendre que Ji Hoon lui traduise la moindre expression de sa mère. Résultat des courses, leurs discussions tournaient court, car son rythme en était drastiquement ralenti. « C'est n'est vraiment pas simple... » Il eut un sourire peiné, s'en voulant de ne pas pouvoir se montré plus assidu dans son apprentissage des langues de son compagnon. Shizue sembla vouloir poser une question, mais se contint. Haruto l'interrogea du regard, mais elle fit mine de ne pas le remarquer. Le retour de Ji Hoon avec ses tours de magie la sauva. Elle était si mignonne, son regard était celui d'une enfant assistant à son premier spectacle de magie. Ses mains frêles tapaient doucement l'une contre l'autre, alors qu'elle se dandinait de joie. A croire qu'elle avait toujours rêvé de ce moment ! « Si vous vous y remettez sérieusement, je demanderai à mon petit-fils de m'accompagner vous voir. J'adore la magie ! » Sa deuxième phrase avait été lâchée dans un rire pur. Haruto n'eut même pas l'envie de protester, même pour la forme. Il l'emmènerait partout si elle lui demandait.

Mais peut-être devrait-il les stopper là ? Autant d'admiration pour son homme, si c'était flatteur, ça en devenait presque gênant. Haruto devait rappeler à sa grand-mère qu'il était son préféré ! Néanmoins, ce n'était vraiment pas facile, à côté de la perfection vivante à ses côtés. Et puis voilà qu'elle lui racontait de petites amusantes drôles pour tout le monde, sauf lui ! Bon, soit. Il avouait volontiers que c'était plutôt amusant, mais il n'était pas sûr que cela aide à améliorer son image dans l'esprit de son homme. Au contraire. Néanmoins, il ne l'avait pas vu aussi heureux depuis un moment. Depuis qu'il lui avait montré ses progrès et s'était tenu sur ses deux jambes. « N'exagère pas. Tu as un vrai talent pour la cuisine. Moi je ne fais qu'essayer de reproduire ce que tu fais. » Vraiment, il n'avait que le niveau découpeur de légumes. Mais ça lui convenait tout à fait. Ce restaurant, ils l'ouvriraient un jour, et Shizue ferait partie des invités d'honneur pour son ouverture, assise à la meilleure table. « Vous devriez passer un de ces jours, dans ce cas. Il y a des photos si mignonnes... Bien sûr, tu peux l'accompagner, Haruto. » Un petit rire ponctua sa phrase, comme si elle venait de sortir la blague la plus drôle de l'année. Mais Haruto n'eut évidemment pas le cœur de lui faire la moindre remarque. Lui aussi était faible face à sa chère mamie, et il la soupçonnait d'être parfaitement au courant, et d'en jouer royalement.

« Justement parce que ça l'est, gênant ! » Lui aussi ne put s'empêcher de rire. Jamais il n'avait pu parler à Ji Hoon aussi familièrement devant un membre de sa famille. Même ses sœurs. Haruto avait toujours eu une certaine retenue. Pourtant, ce soir, il se sentait parfaitement à l'aise. Malgré les histoires que sa grand-mère pouvait raconter sur lui. Pauvre Hitomi. Il se souvenait vaguement d'une fillette joufflue, toujours coiffées de tresses qui pendaient sur ses épaules. Aucune délicatesse. Il avait envie de remonter dans le temps pour secouer ce petit Haruto. N'empêche que voilà un bon exemple, il n'avait jamais été doué avec les filles. Heureusement qu'il s'en sortait un peu mieux avec Ji Hoon. Juste un peu, car il traînait pas mal de casseroles à ce niveau-là également. « Mais non ! » Ce n'était pas de sa faute si sa famille avait déménagé ! Shizue l'avait précisé ! Du moins, elle ne lui aurait pas menti... Si ? Un peu inquiet, il fixa sa grand-mère qui pouffa. « Ne me regarde pas comme ça. Je ne t'ai pas menti, son père a été muté suite à une promotion. Ta mère souhaitait rester en bon termes avec eux, mais tu penses bien que son amie n'a plus vraiment eu envie de lui parler. Bien sûr, elle a fait cela en douceur, en répondant de moins en moins à ses appels et e-mails. Pour la petite Hitomi... » Elle prit un air grave, et Haruto se retrouva livide. Non. Il ne pouvait avoir ruiner la vie de cette pauvre gamine joufflue ! Shizue retrouva le sourire, secouant la main devant elle. « Ah... Mais qu'est-ce que tu vas t'imaginer ! J'ai croisé sa grand-mère, il y a deux ans – (à l'adresse de Ji Hoon) c'est une bonne amie à moi – et elle m'avait annoncé être devenue arrière-grand-mère ! Hitomi avait épousé le père un an auparavant. » Haruto souffla, reprit des couleurs.

Une idée lui vint, et il fila dans la chambre. Sa grand-mère prenait un peu trop ses aises. Il adressa un simple regard énigmatique à son compagnon, sans lui répondre. Il voulait faire vite, ne pas perdre de temps pour ne pas les laisser seuls trop longtemps ensemble, ces deux-là. Shizue en profita un peu, justement. Néanmoins, elle voulait savoir ce qu'il en était de lui aujourd'hui. La réponse de Ji Hoon la rassurait, au fond. « Je sais qu'il l'est. Je ne l'ai jamais vu si épanoui. Vous devez le rendre incroyablement heureux. Vous êtes si adorables à voir ensemble, tous les deux. » Elle lui sourit tendrement, émue. S'avançant un peu sur son fauteuil, elle s'inclina légèrement vers lui. « Merci. » Elle se redressait à peine, lorsque son petit-fils refit son apparition, une boîte entre les mains. Il ne sembla pas remarquer ce qu'il venait de se passer, ne faisant aucune remarque alors qu'il s'installait à nouveau à côté de son compagnon. Il avait pleinement conscience que ce qu'il tenait là, posé sur ses genoux, était l'équivalent d'une bombe. Mais il avait réfléchi. Ji Hoon lui reprochait de ne jamais rien lui montrer d'embarrassant ? Voilà qui réparerait définitivement cet oubli volontaire. Lorsqu'il avait récupéré cette boîte, il l'avait cachée à un endroit pourtant évident, pour ne pas paraître trop suspect. Une boîte quelconque, qui passait inaperçue tant elle n'avait rien d'exceptionnel. Prenant une profonde inspiration, il préféra prévenir Ji Hoon. Lui rappeler qu'il l'aimait, qu'il avait confiance en lui. Shizue, elle, avait parfaitement compris. Haruto sourit à son homme, sachant très bien qu'il ne tiendrait pas cette promesse. Et il ferma les yeux, alors qu'il finissait de raconter l'anecdote rattachée à cette photo, attendant une réaction. Et celle-ci ne tarda pas, et le rire qui échappa finalement à son compagnon lui fit rouvrir les yeux. « T'avais promis ! » Mais comment lui en vouloir, quand lui riait aussi ?

« Eh ! Ce n'est pas drôle. Le pauvre furet... Je crois bien que c'était la première fois que j'ai vu mon père en colère. J'ai même été puni. » Il prit un air dépité, se souvenant du savon que lui avait passé Keisuke, au bord de la route. Il fronça les sourcils devant la remarque de son homme. Il mentait ! Il avait vu des photos. « Il était un peu gros, mais toujours aussi mignon. » Shizue s'offusquait toujours de façon étrange. « Oh non... Les Kamiya ont toujours été plus beaux que la moyenne, surtout une fois passé vingt ans. Toutes mes amies me jalousaient d'avoir épousé un homme comme Masaharu. Je dois avoir une photo de lui dans mon porte-feuilles. » Haruto se leva pour lui tendre son sac à main, et Shizue le remercia avant de le fouiller. Finalement, elle sortit un cliché soigneusement conservé. La photo de son mariage, en noir et blanc, les mariés en vêtements traditonnels. « J'étais pas mal non plus, n'est-ce pas ? » Elle tendit la photo, riant derrière sa main. Haruto grimaça, mais elle avait raison. Ils formaient un très beau couple. La différence de taille était amusante. Amusé, il laissa finalement Ji Hoon fouiller la boîte. « Interdiction de rire. » Mais lui-même n'écoutait pas cet ordre. Il rendit le regard de Ji Hoon qui le fixait. Haussant les sourcils, il ne comprit pas de suite, avant que son homme ne développe sa pensée. Non ! Pourquoi rappeler cet événement tragique ! Lorsque le bichon s'installa sur les genoux de Ji Hoon, Haruto tendit la main pour le caresser doucement. « Il m'aime quand même encore beaucoup, regarde. » « C'est à lui qu'il faut attacher la laisse. » Haruto poussa une exclamation de contestation, mais ne réussit qu'à provoquer un rire chez sa grand-mère.

« Effectivement, je vois bien cela. S'il vous plait, Ji Hoon, prenez soin de lui et veillez sur lui. » Haruto fronça les sourcils. « Je peux m'occuper de moi-même ! » Shizue lui sourit affectueusement. « Il a raison, on t'aime comme ça tu sais ? » Mais cela ne le satisfaisait pas. Ils ne le respectaient plus ! Le Japonais pencha la tête pour échapper à la main de son compagnon dans ses cheveux, voulant ainsi lui montrer son mécontentement. Seulement, il remarqua la soudaine expression grave de Shizue. « Quelque chose ne va pas, mamie ? » Elle sembla hésiter, devenant presque timide. « Je me demandais... Si tout le monde autour de vous l'avait bien pris. Si vous avez rencontré des difficultés. Et puis... » Haruto lança un regard à son petit ami, ne sachant quoi lui répondre. Il ne voulait pas inquiéter sa grand-mère. « Est-ce que vous allez pouvoir fonder votre famille ? Je sais que le monde change, mais pour certaines choses, c'est bien lent... » Haruto grimaça légèrement, avant de prendre la main de son compagnon dans la sienne. « Ne t'inquiète pas pour nous, mamie. Si ce n'était pas Ji Hoon, je pense que je serais plein de doutes, mais... » Son regard croisa celui de son homme, et son sourire revint éclairer ses traits. « Avec lui, je me sens bien, et je ne m'en fais pas pour le reste. Ma place est à ses côtés, et la suite... On la laisse venir ? » Bien sûr, il voulait l'épouser, il voulait avoir des enfants avec lui. Mais chaque chose en son temps. « Vous feriez de bons parents, j'en suis sûre. » Elle semblait sincèrement émue. « Ah... Désolée de vous embêter avec mes questions embarrassantes. » Haruto lui sourit, se rendant compte que Ji Hoon et lui avait définitivement franchi un cap de plus dans leur vie de couple.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Jeu 1 Nov - 0:23

♡ Haroon ♡

Hold hands. That’s what you’re meant to do. Keep doing that and don’t let go. That’s the secret.


Apprendre une nouvelle langue était compliquée, Ji Hoon pouvait tout à fait comprendre son homme et ne le blâmait pas d’avoir quelques difficultés. Il avait eu la chance de naître dans une famille mixte, où sa mère pouvait lui apprendre le mandarin et son pays de naissance, le coréen. Son père leur parlait également dans leur langue maternelle. Sa mère lui avait dit qu’avant la naissance de Liang et lui, ils avaient convenu que Jong Dae leur parle uniquement en coréen et elle en chinois, mais ils n’avaient pu tenir cela. Le père de famille travaillait trop, n’avait pas forcément le temps d’avoir de longues conversations avec ses deux bébés. Une fois entré au jardin d’enfant, ils avaient pu sociabiliser et progressivement adopter la langue coréenne. Résultat de ce métissage, un drôle d’accent pas tout à fait définissable qu’ils partageaient avec les autres enfants Lee. Quelque chose d’hybride entre l’accent du sud de la péninsule et une note chinoise qui avait toujours été source de raillerie. Ça ne l’avait jamais dérangé, il aimait bien son accent. Ji Hoon avait bon espoir de le transmettre à son petit-ami, s’il imitait sa façon de parler quand il lui apprenait de nouvelles expressions coréennes !

Secouant la tête pour lui dire que ce n’était rien, qu’il allait s’améliorer, sa main alla doucement caresser sa nuque le temps de quelques secondes, pour le rassurer. Non, il ne lui en tenait pas rigueur et sa mère non plus. Elle avait également eu bien du mal à apprendre le coréen et, encore aujourd’hui, elle avait un peu de mal à s’exprimer librement, cherchant parfois ses mots. Elle n’avait eu que très peu d’amis à Seokgyo, n’échangeant souvent que des banalités dans ce village qui la regardait curieusement. On l’avait longuement prise pour une opportuniste, pensant qu’elle cherchait simplement à fuir son misérable pays, à épouser un coréen pour la nationalité. Elle sortait avec les amis de son époux, sans pour autant oser vraiment s’affirmer, restant la plupart du temps silencieuse où s’occupant d’aider en cuisine si elle le pouvait. Hua n’avait jamais regretté son choix, de quitter son pays par amour. Elle avouait néanmoins regretter leur installation à Seokgyo, la ville natale de son mari, plutôt que dans une plus grande ville où l’intégration aurait été plus facile. Ses journées étaient parfois longues, simplement entouré de ses enfants, quand ils n’étaient pas à l’école. Être mère avait été sa raison de vivre, désormais, elle s’autorisait enfin à être un peu plus.

La magie faisait encore partie de Ji Hoon et un sourire ornait ses lèvres, sincèrement heureux de voir que la grand-mère Kamiya était charmée par ce talent. Si un jour, l’occasion se présentait, il montrait un spectacle. En attendant, il voulait bien continuer la magie juste pour elle. Il se demandait s’il avait déjà croisé quelqu’un d’aussi enthousiaste pour ses tours avant elle. Hanae, probablement ? Sauf que ce n’était pas pour des raisons aussi pures. C’était ainsi qu’ils s’étaient rencontrés, après tout, après un spectacle de magie auquel elle avait participé avec des amis après un tournage. C’était grâce à elle qu’il avait pu faire ses spectacles dans un bar plus grand, avec une scène moins ridicule. Ji Hoon réalisait bien tout ce qu’il devait à cette idiote, dans le fond. Un joli compte en banque, de beaux vêtements et un joli début de carrière, bien qu’écourté au moment de son retour en Corée du Sud il y a déjà deux ans. Il n’aurait pas dû arrêter, il le réalisait désormais. Il était bien mieux en tant que magicien que mannequin, gardant une vie, et en faisant également ce qu’il aimait. Quel idiot il faisait. Et s’il reprenait la magie ? L’idée lui semblait folle, mais pourquoi pas ? Au fond, oui. Pourquoi pas ?

« Tu reproduis très bien alors. » La phrase était bizarre. Il prit une gorgée de bière pour faire passer cela, se concentrant sur la vieille dame, il hocha la tête, un trop grand sourire aux lèvres. « Quand vous voulez ! Je vous ferais quelques tours de magie. Un spectacle, rien que pour vous, d’accord ? » Son regard se posa sur Haruto. « On essaiera d’y aller ensemble si tu veux. » Il tapota sa cuisse avant de pouffer bêtement. Ah, il n’allait pas la garder que pour lui, sa mamie ! Haruto ne pouvait pas tout avoir, et désormais, ils devaient partager. Son homme aurait dû y penser avant de vouloir absolument se mettre en couple avec lui. La vie auprès de Lee Ji Hoon demandait quelques sacrifices. Qui plus est, ce dernier se montrait assez pénible avec les photos compromettantes de son homme. Il voulait les voir ! Il voulait toutes les voir ! « Mais ! T’as plus besoin d’être gêné avec moi ! » Il pouffait encore. Après tout ce qu’ils avaient vécu ensemble, tout de même, c’était fort ! Il avait vu Haruto dans bien des situations embarrassantes, au fond.

Hitomi, encore une histoire drôle. Il s’amusait de voir son homme paniquer à l’idée d’avoir détruit la vie de cette fille, souriant en entendant Shizue le rassurer. Il n’y croyait pas une seule seconde ! Il la voyait triste et déprimée, pendant encore et encore à cette journée où Haruto l’avait rejeté. Son rire ne se calma pas en le voyant soudainement si soulagé. Qu’il était bête, à se prendre la tête pour une simple enfant ! Peut-être ne se rappelait-elle-même plus de Haruto, finalement ? Son regard se posa sur lui. Comment pouvait-on l’oublier, cela dit ? Regardant son petit-ami filer, il fronça les sourcils, se concentrant sur la vieille dame. Son petit-fils était un homme incroyable. Et ce qu’elle lui dit réchauffa son cœur, laissant un sourire tendre et ému se dessiner sur ses lèvres. « Merci à vous… » De lui dire ça. il doutait parfois, d’être vraiment en mesure d’apporter à Haruto le bonheur qu’il méritait. Après tout, il lui apportait beaucoup de soucis et ne savait parfois pas s’y prendre. Mais entendre cela d’une personne qui le connaissait depuis toujours le rendait si heureux. Il voulait que son homme s’épanouisse avec lui. Il voulait sincèrement en faire un homme comblé.

La photo qu’apporta Haruto allait bien au-delà de tout ce qu’il avait pu imaginer, et sa promesse fut rapidement oubliée. C’était si drôle ! Ji Hoon ne savait pas s’il allait s’en remettre, il secoua sa main devant son nez, comme pour s’excuser, quand bien même il ne le pensait pas en entendant son homme rire avec lui. « Roh, ça a dû te faire tout drôle, d’être puni ! » Ji Hoon se souvenait des semaines où son père ne le punissait pas. Il pouvait presque les compter sur les doigts de la main ! « C’est vrai qu’il est mignon ! » Il se serait probablement moqué de lui à l’époque et l’aurait un peu tyrannisé jusqu’à ce que Liang lui dise d’arrêter et de le laisser tranquille. Mais maintenant, il le trouvait mignon, il avait envie de lui tirer les joues. Gros, mais adorable, en somme. Avec attention, il écouta l’histoire de Shizue, hochant la tête. « Oh ! Donc la beauté se passe de génération en génération chez les Kamiya ? » Ji Hoon espérait quand même que Haruto vieillirait mieux que Keisuke. Pas que le père de son petit-ami soit laid, mais il préférait largement les traits de son homme. Le Coréen se pencha pour attraper la photo de mariage, laissant échapper une exclamation de surprise. « Oh ! Vous faisiez un très beau couple ! » Haruto était clairement le plus beau des Kamiya. « Et oui, vous êtes très belle. » Il sourit à la vieille dame avant de lui rendre sa photo. Au présent, pour la charmer, bien entendu. Dire qu’elle était belle, ça ne se faisait pas !

Ces confidences firent réaliser à Ji Hoon que son homme n’avait pas changé, notamment avec sa façon de traiter les animaux. Il prit un air colère en le regardant, ne pouvant le tenir bien longtemps quand il passa sa main sur Kimyaki, désormais sur ses jambes. « Non, il est pas rancunier. » S’il avait son petit caractère, Kimyaki restait un bon petit chien. Il les adorait tous les deux et courait chaque jour sans faute vers son papa Japonais lorsque celui-ci rentrait à la maison, toujours très heureux de le revoir, cherchant à avoir sa première caresse, avant Takochi. Il rit à l’idée de Shizue, hochant la tête. « Je vais y penser ! » Voir sur internet s’il existait ce genre de laisse. Des idées coquines germaient déjà dans sa tête, et il baissa les yeux, remerciant le ciel que personne ne pouvait lire dans ses pensées, surtout elle. Ji Hoon se reprit néanmoins rapidement, posant ses yeux sur elle. il allait bien prendre soin de lui ! Il fronça les sourcils à la réponse de son petit-ami. « Tu veux pas que je prenne soin de toi parfois ? » Il espérait qu’elle ne voit pas de sous-entendus coquins dans cette déclaration, même s’il y pensait un peu, tout de même. Il fit la moue en le voyant pencher la tête pour ne pas qu’il lui caresse les cheveux. C’était un affront qui n’allait pas rester impuni.

Ses yeux se tournèrent vers Shizue quand Haruto lui demanda si quelque chose n’allait pas. Ses craintes soudaines le laissèrent un instant sans voix et il regarda son homme. Bien évidemment que c’était difficile. C’était bien la première fois que c’était aussi simple ! Des difficultés, ils en avaient rencontré ! Ce n’était pas pour rien qu’il n’avait plus de travail maintenant, mais elle était si pure, si adorable. Ji Hoon ne voulait pas l’inquiéter. Fonder une famille, c’était une autre histoire. Bien sûr que l’idée tournait dans sa tête, mais ce n’était pas si simple. Il laissa Haruto prendre sa main, serrant doucement la sienne en retour. Il l’écouta parler, lui souriant quand il le regarda, touché par sa déclaration. Oui, la suite viendrait bien un jour. Il hocha la tête, approuvant tout ce qu’il disait. Il espéra ne pas rougir quand elle affirma qu’ils feraient de bons parents, le pensant également au fond de lui. « Non, ne vous en faites pas, vous pouvez nous poser toutes les questions que vous voulez, Madame Kamiya. » A elle, il acceptait de répondre. Parce que c’était demandé en se souciant véritablement d’eux, pas de l’avenir de sa famille, pas de ce qu’elle allait dire à ses amies, comme l’avait fait la mère de Haruto. « On peut pas vraiment prendre nos propres décisions. Même si on est prêts, le pays devra l’être de son côté. » Peu importe quel pays. Si la Corée du Sud était plus rapide (ce dont il doutait sincèrement) ils iraient là-bas. Son regard se posa sur Haruto, songeant à tout l’amour qu’il avait pour cet homme. Il serait prêt à tout pour lui. « Je suis certain qu’on aura notre propre famille un jour. Et qu’on pourra se marier. S’il le faut, en attendant de le faire au Japon, on pourra se marier dans tous les pays où c’est légal. » Il avait déjà commencé sa petite liste.

« On a rencontré quelques difficultés, mais on peut tout surmonter. » Faire un coming out à vingt-cinq ans passé, ce n’était pas forcément simple. Leurs familles pensaient que ce serait derrière eux, qu’ils avaient mis au monde des hétérosexuels convaincus. Il ne savait pas ce qui avait été le plus difficile. Au final, tout s’arrangeait plutôt bien, en dehors de Haruka qui restait la seule ombre au tableau. « Mon frère Liang l’a su même avant que je le dise à Haruto. » Un petit rire quitta ses lèvres en songeant à cette drôle de conversation avec son jumeau. Il confiait toujours tout à Liang en priorité. « Ma mère a eu un peu de mal au début, mais on a beaucoup discuté et maintenant, elle l’adore. Elle a pu voir par elle-même combien on était fait pour ensemble et tout ce que Haruto m’apporte. » Elle avait vu son fils s’assagir, revoir ses priorités, et aimer sincèrement quelqu’un pour la première fois. Avec Haruto, elle le savait heureux et dans une relation saine, c’était bien tout ce qui comptait pour elle. De plus, ce Japonais était charmant, elle le répétait souvent. « Mes sœurs aiment beaucoup Haruto aussi, même si je crois que Sooyoung aurait aimé être à ma place… » Un petit rire quitta ses lèvres. Mei Lin lui avait confié que leur sœur avait été toute chamboulée lorsque ce bel homme était venu chez eux à Seokgyo et qu’elle avait eu l’espoir de le recroiser à Tokyo. Manque de chance, il était déjà pris. « Mon petit frère est pas vraiment à l’aise… Mais il a pas mal réagi. » Jin Seok n’en parlait juste pas vraiment, ce qui lui convenait. « Ne vous en faites pas, Madame Kamiya. On peut surmonter toutes les difficultés. Non ? » Ses yeux se posèrent sur Haruto, cherchant sa réponse qu’il connaissait déjà. A deux, ils étaient plus fort que tout.


Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Ven 2 Nov - 0:36

♡ Haroon ♡

Hold hands. That’s what you’re meant to do. Keep doing that and don’t let go. That’s the secret.


Ça n'allait pas. Pas du tout, même. Et Haruto assistait, impuissant, à la scène qui se déroulait devant ses yeux. Il ne pouvait vraiment rien faire. Il se sentait presque démuni. Ji Hoon lui volait sa mamie ! Incroyable. Comment son compagnon pouvait lui faire une chose pareille ? Pire ! Comment sa grand-mère pouvait le trahir ainsi ? N'était-il pas son petit-enfant préféré ? Oh. Il voyait. Il comprenait, maintenant. Elle lui faisait payer son manque de nouvelles. Elle avait beau être mignonne, Shizue était terriblement rancunière. Voilà ce qui expliquait son comportement vis-à-vis de Ji Hoon. Elle savait combien son petit-fils était sensible, et elle voulait lui faire comprendre qu'il l'avait blessée le premier. S'il s'était montré plus attentif, elle ne se serait jamais montrée si cruelle. Aujourd'hui, Haruto payait son manque d'empathie envers sa chère grand-mère. Ah, si seulement il pouvait retourner en arrière. S'il pouvait l'appeler un peu plus souvent, lui montrer plus d'intérêt. Il n'avait pas remarqué combien cela la peinait, combien il lui manquait. Ce qui était normal, après tout. Ils avaient toujours été proches, elle l'avait presque élevé ! Bon, peut-être pas à ce point. Il avait beau être en colère contre sa mère, Haruto ne pouvait lui retirer le fait qu'elle avait toujours veillé à ce qu'ils soient polis et respectueux. Des enfants rois, mais dociles. A bien y réfléchir, Haruka y était plutôt bien parvenu. Deux sur trois, c'était franchement pas mal !

Il s'égarait. Haruto le savait bien. Sa mère n'avait rien à voir avec la situation actuelle et, surtout, sa grand-mère n'était pas cruelle. Il comprenait parfaitement qu'elle tombe sous le charme de Ji Hoon, c'était complètement normal. Cela suivait même la logique. Son compagnon charmait tout le monde. Il soupçonnait même Haruka d'être toujours charmée, mais que sa fierté l'empêchait de l'accepter. Il ne voulait pas y penser. Haruto sourit. Il savait bien que sa grand-mère ne penserait jamais à un plan si machiavélique pour le faire payer son silence. Rien que la notion de 'faire payer' était absurde, lorsqu'il s'agissait de Shizue. Cette femme était la pureté même, aux yeux de son petit-fils. Au fond, il était même soulagé que cela se passe ainsi, et il s'en voulait de ne pas lui avoir fait confiance en lui cachant sa relation avec l'homme le plus merveilleux du monde. Même si ce dernier ne se gênait pas pour tout faire pour mettre Shizue dans sa poche. Mais en vérité, Haruto ne faisait que jouer à celui vexé qu'on lui vole sa mamie chérie. Néanmoins, il repréciserait à son compagnon qu'il était inutile de tenter de lui prendre sa place, une fois qu'ils seraient seuls. Juste au cas où.

« On ira ensemble, oui. » S'il pensait que ce serait si facile de l'écarter ! Haruto lui sourit, amusé. De son côté, Shizue semblait satisfaite de la réponse donnée par son petit-fils. Dire qu'il avait fallu qu'elle invite son compagnon pour qu'il daigne revenir ! Bien entendu, elle ne lui en voulait pas. Elle ne lui en voulait jamais. Rien ne lui faisait plus plaisir que de savoir ses petits-enfants heureux, et c'était clairement le cas de son petit-fils. Elle voyait bien combien cette relation l'épanouissait. D'aussi loin qu'elle s'en souvienne, elle ne l'avait jamais vu comme ça. Si bavard, si à l'aise. Cela la rassurait. Haruto avait enfin trouvé sa place, et elle ne souhaitait que son bonheur. Si elle se doutait que ça ne devait pas être toujours simple pour eux, elle était persuadée qu'ils s'en sortaient magnifiquement bien. Elle s'amusait de les voir se taquiner comme ils le faisaient. Cela la rendait nostalgique. Certes, Masaharu et elle n'avaient pas eu la même complicité. Sûrement n'avaient-ils jamais été aussi proches que Haruto pouvait l'être avec Ji Hoon, mais ce n'était pas la même chose. Shizue se rendait compte que l'amour pouvait avoir bien des formes différentes. Entre deux hommes, par exemple. Ou comme celui qu'elle avait partagé pendant plus de quarante ans avec son époux. Mais elle ne devait pas se laisser submerger par ses émotions. Elle ne devait pas penser à son histoire d'amour passée. Non, Shizue souhaitait se focaliser sur celle de son petit-fils. Si elle pouvait aider à apporter sa pierre à l'édifice déjà colossal de leur amour, elle ne disait pas non ! Même si cela consistait à raconter des anecdotes amusants – et peut-être embarrassantes, elle le concédait – sur Haruto. Même si celui-ci se montra fâché, elle savait qu'il ne lui en voulait pas vraiment. De plus, cela lui permettait de remercier Ji Hoon pour tout ce qu'il apportait à Haruto, espérant qu'il le rende tout aussi heureux en retour.

Mais le Japonais ne voulait pas laisser tout le plaisir à sa grand-mère. Ji Hoon souhaitait qu'il lui raconte des moments gênants de son existence ? Ce fameux jour où le pauvre Riki était mort écrasé par une moto l'était énormément. Encore aujourd'hui, Haruto n'était pas certain de savoir s'il devait en rire ou en pleurer. « J'étais vraiment choqué. » Il prit un air grave, mais rapidement, un sourire le chassa. Ce n'était pas vraiment un mensonge. Avant ce fâcheux incident, il n'avait jamais été puni ! Il sourit à sa grand-mère, même s'il savait qu'elle le voyait avec ses yeux admiratifs. Elle avait toujours eu un regard bienveillant pour ses petits-enfants. Haruto adressa une grimace à son homme, sachant très bien que s'ils s'étaient rencontrés à cet âge-là, ils ne se seraient jamais adressé la parole. Avec un sourire aux lèvres, il écouta sa grand-mère parler de la beauté des Kamiya, un gène apparemment héréditaire. Il en venait même à espérer avoir un garçon pour voir si cela était vrai ! S'approchant de Ji Hoon pour regarder ce cliché qu'il avait déjà vu des dizaines de fois, il se sentit un peu triste en apercevant la silhouette de son grand-père. Haruto leva les yeux vers son homme lorsque celui-ci complimenta Shizue. Quel séducteur ! Il était incroyable ! « Merci beaucoup, c'est gentil. » Elle eut un petit rire embarrassé, rougissant même un peu alors qu'elle récupérait le précieux cliché.

Caressant le pelage si doux de leur bichon, Haruto accepta qu'ils se moquent encore un peu de lui, fronçant simplement le nez en signe de contestation. Il eut un sourire en coin en entendant la proposition de la laisse, et ses yeux fixèrent Ji Hoon. Ils devaient penser à la même chose, mais il espérait bien que sa grand-mère non. Mais cela commençait à devenir difficile, lorsque Ji Hoon fit une nouvelle allusion. Sauf si ce n'était que lui qui s'imaginait des choses un peu trop coquines. « Bien sûr que si, et tu sais que j'aime que tu prennes soin de moi. Mais en ce moment, c'est à mon tour. » Dans tous les sens du terme. « Tu te rattraperas, je le sais. » Un large sourire ponctua sa phrase. Mais il allait se calmer, maintenant. Surtout que sa grand-mère prit un air bien trop sérieux à son goût. Son inquiétude à leur sujet le touchait sincèrement. Il hocha la tête lorsque Ji Hoon affirma qu'elle pouvait les interroger sur tout ce qu'elle souhaitait – dans le domaine du raisonnable. Il adorait les réponses de son compagnon, souriant plus largement encore lorsque leurs regards se croisèrent. « Absolument. » C'était tout ce qu'il pouvait répondre, tant il était ému. Ji Hoon l'épouserait si souvent ? Haruto avait envie de se jeter à son cou et de l'embrasser fougueusement. Mais il se tenait, bien évidemment.

Les difficultés, ils les avaient traversé ensemble. Shizue pouvait le sentir, et même si Ji Hoon lui en avait donné l'autorisation, elle ne voulait pas les gêner et leur poser tout un tas de questions qu'elle savait indiscrètes. De plus, le compagnon de son petit-fils se confiait déjà beaucoup à elle. Elle entendait l'amour du Coréen, heureuse d'apprendre que la famille de ce dernier acceptait Haruto. « J'aimerais beaucoup rencontrer votre mère. » Cette femme l'intriguait, Shizue la trouvait courageuse, pour elle ne savait quelle raison précise. Néanmoins, si elle pouvait rattraper la mauvaise impression que sa belle-fille avait laissé sur Ji Hoon et sa famille, Shizue le ferait avec plaisir. Elle rit avec lui lorsqu'il lui parlait de sa sœur, Soo Young, jetant un regard malicieux à son petit-fils. « Je ne le savais pas bourreau des cœurs. » Haruto rougit un peu à cette remarque, ne faisant que plus rire sa mamie. « Votre famille vous soutient, et c'est le plus important. » Cela la rassurait de constater que la majorité des membres de chacune des familles – Lee et Kamiya – acceptaient le beau couple qu'ils formaient. Shizue repensa inévitablement à Masaharu. Si elle n'avait pas connu la même passion amoureuse, elle n'en avait pas moins aimé son époux. Elle n'avait jamais pu le remplacer. Pas à cause de son âge, mais elle n'en avait jamais ressenti le besoin. Il était là, toujours avec elle. Souvent, elle lui parlait. Silencieuse, dans le secret de son cœur. Il lui manquait. Elle l'aimait. Elle ne lui avait jamais assez dit.

De petites larmes perlèrent dans ses yeux. La déclaration de Ji Hoon n'aida pas vraiment. Haruto se leva, inquiet. S'approchant de sa grand-mère, il s'accroupit près de son fauteuil. « Mamie ? Tout va bien ? » Shizue releva la tête, lui adressa un large sourire. De sa main frême, elle lui caressa la joue. « Je suis tellement heureuse que tu aies trouvé l'amour de ta vie. Ne gâche pas ton bonheur. Ne le cachez pas. » Haruto se redressa un peu pour la prendre dans ses bras. Elle était si petite, si maigre ! Il avait peur de la casser. « Ahh... quelle heure est-il ? Je dois retrouver ton père pour dîner. Il va me présenter officiellement sa fiancée. » Haruto se releva, lui indiquant l'heure. « Tu peux me commander un taxi, s'il te plaît ? Et accompagnez-moi donc jusqu'en bas, que je profite encore un peu de vous ! Ça ira pour vous, Ji Hoon ? » Elle lui sourit, puis enfila son manteau et attrapa son sac, attendant le couple. Haruto veilla à ce que Ji Hoon soit confortablement installé, puis lui tendit sa veste, avant d'enfiler la sienne. Il se rendait compte combien il avait le cœur léger. Finalement, la visite de sa grand-mère lui avait fait beaucoup de bien. Et, définitivement, il comptait bien tenir sa promesse. Ji Hoon et lui rendraient visite à Shizue le plus rapidement possible. Qu'on ne l'oublie pas : c'était lui son préféré.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
    
 
grandma's theme + HAROON ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Nouveau Theme song pour R-Truth
» [THEME]°°DJC Taskbar Leo 6.5°°
» Total Green Theme by Nokialino
» [THEME HD / HD2][Manila 2.5 ROM HD2 HTC Officielle] RED-Black
» [THEME] LASKARTHEME V2 "Black","Blue","Green" and "Transparent"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#SHIBUYACROSSING :: Wonderful Tokyo :: Shinjuku-