la vie en rose + HAROON ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Sam 8 Déc - 2:30

♡ Haroon ♡

Hold hands. That’s what you’re meant to do. Keep doing that and don’t let go. That’s the secret.


« Je pense que c'est pour bientôt. » Sa main passa dans le pelage tout doux du ventre rond de Takochi. A ce point-là, on aurait pu penser qu'elle avait avalé un ballon. Mais non. C'était bien une portée de petits chiens qu'il y avait là, et Haruto ne savait pas trop quoi en penser. D'un côté, il était inquiet. Le caniche était encore jeune. Et s'il y avait des complications ? Mais de l'autre, il ne pouvait s'empêcher d'être excité à l'idée d'avoir des chiots. Surtout qu'il n'y avait pas de grand mystère concernant le géniteur. Son regard glissa d'ailleurs sur Kimyaki qui – Haruto pourrait le jurer – semblait très fier de lui, ces derniers temps, à chaque fois que quelqu'un se retrouvait près de Takochi. Oui, ils avaient tous compris, c'était lui qui avait forniqué avec elle et mit ces bébés là-dedans. Voulait-il un médaille ? Comme si Ji Hoon ne l'avait pas assez facilité comme ça ! Haruto s'inquiétait, car en qualité de papa préféré de la petite chienne, il se demandait comment sa petite chérie allait pouvoir gérer tout ça. C'était encore un bébé ! Une mère adolescente. Ji Hoon ne semblait pas plus inquiet que ça. Normal, lui était le papa préféré du géniteur. Lui avait fait son boulot, maintenant. Lâches. Mais voir Ji Hoon si heureux à la pensée d'accueillir des chiots le faisait relativiser, le rendant lui-même heureux. Ils avaient même tout prévu pour leur arrivé. Il restait simplement à trouver des personnes à qui donner ces chiots, car ils ne pouvaient se permettre de les garder, aussi crève-cœur que cette idée pouvait être. Haruka avait accepté, après discussion. Pour le reste, ils devaient d'abord voir combien de chiots il y avait exactement dans cette portée.

Mais ça, c'était un détail, actuellement. Se redressant dans un soupir, Haruto jeta un coup d’œil à sa montre – un beau modèle, hors de prix. C'était aujourd'hui le mariage de son père. Ils étaient encore dans les temps, mais Haruto avait déjà l'impression d'être en retard. Après un rendez-vous chez le coiffeur, il était rentré pour que Ji Hoon supervise son habillage. Il ne lui restait présentement qu'à glisser dans ses chaussures et enfiler sa veste de costume – lui aussi, hors de prix. « Où sont les alliances ? J'ai perdu les alliances ! » Retournant dans la chambre, il revint dans le salon avec sa veste dans les mains. « Fausse alerte, elles étaient dans la poche de ma veste. » Comme elles s'y étaient trouvées pour les trois dernières fois où il s'était interrogé. Posant joliment sa verte sur le dossier du canapé, il tira un peu sur sa cravate. « Mon amour, t'es sûr pour la cravate ? » Comme si c'était le moment de poser la question. A deux heures de la cérémonie. « Tu es bientôt prêt ? » Ça aussi, c'était une question qu'il devrait sûrement arrêter de poser. Haruto regarda une nouvelle fois sa montre, se dirigeant vers le coin cuisine. La grosse pendule accrochée au mur et les chiffres digitaux du four et du micro-ondes lui confirmèrent qu'ils étaient toujours dans les temps, que rien ne servait à se presser. Pour le moment.

Suite à la visite à Haruka dans la maison familiale des Kamiya, Haruto avait décidé pour de bon de se rendre au mariage de son père. Les mots de sa mère l'avaient touché. Keisuke serait malheureux s'il n'y allait pas. Les hommes Kamiya s'étaient ensuite rencontré quelques jours plus tard, et avaient tout mis à plat. Le fils avait expliqué combien il lui en voulait d'avoir quitté sa mère de cette manière. Il lui avait également demandé s'il regrettait la vie qu'ils avaient eu ensemble, ce à quoi Keisuke avait répondu que non de façon si spontanée que Haruto n'avait pas à douter. Son père lui avait confirmé avoir été heureux avec Haruka, mais que ces derniers temps, la flamme de leur amour s'était éteinte, et qu'ils étaient plus des bons amis que des amants. Ils avaient parlé. Longtemps, et en rentrant ce soir-là, Haruto avait eu l'air plus apaisé. En tout cas, il avait annoncé à Ji Hoon qu'il se rendrait à ce mariage en qualité de témoin, comme il avait accepté de le faire mais ensuite hésité, suite à l'annonce de ce mariage. Il se sentait tout de même encore mal l'aise vis-à-vis de sa mère, mais la présence de sa sœur l'aidait à relativiser. Erena était – étrangement – la meilleure chose qui pouvait arriver à Haruka, en ce moment. Même si elle avait une manière particulière de lui dire certaines choses, il fallait bien que quelqu'un le fasse, et l'aînée des sœurs Kamiya semblait toute disposée à ça. Pour le bien de tous.

« Hoonie ! Je trouve plus mon discours ! » Oui. Ça aussi. Encore. Et il n'était même pas dans une des poches de sa veste ! Fouillant le meuble de l'entrée, il retourna dans la chambre. Pas sur la table de chevet. La cuisine peut-être ? Non plus, et pourtant, il fouilla plusieurs tiroirs ! « C'est bon, je l'ai ! » Bien rangé dans une poche de son pantalon. Dépliant la feuille soigneusement pliée, Haruto relut son discours de témoin, sans savoir si cela plairait à son père. Il y avait passé des jours, durant la semaine passée. Lorsqu'il parvenait à un résultat concluant, il s'était rendu compte, le lendemain, que ça ne lui plaisait plus. Il avait demandé à Ji Hoon de l'aider, écoutant ses conseils. Cela suffirait-il ? Il avait envie de reprendre quelques parties... Mais lutta contre elle. Ce n'était clairement pas le moment de faire des arrangements de dernières minutes ! « Mon père n'a pas encore appelé. Tu crois que tout va bien ? Je devrais l'appeler moi ? Il est peut-être anxieux, il a peut-être besoin de parler ? » Parlait-il vraiment pour son père, ou pour lui-même ?

« A quelle heure tu as dit à Tanaka-san de venir, déjà ? » Ce n'était pas comme si son homme le lui avait déjà répété plusieurs fois. Aujourd'hui, comme hier. Et peut-être même le jour d'avant. Mais c'était important ! Il fallait que quelqu'un garde un œil sur Takochi ! Et ils ne pouvaient trop chambouler la petite en l'emmenant toujours chez leur voisine. Aussi, cette dernière arrondissait désormais ses fins de mois en jouant la pet-sitter pour ses voisins. « Je vais lui remettre de l'eau. » S'il renversait la moindre goutte sur sa chemise, il allait peut-être gâcher sa tenue. Hors de question. Surtout après le temps passé à choisir son costume. Certes, les essayages n'était pas la seule raison du temps passé dans ce showroom. Haruto rougissait encore lorsqu'il y repensait. Mais au final, Ji Hoon avait trouvé les costumes parfaits pour eux. Le Japonais se trouvait plus beau que jamais, se sentant navré pour son père et Takako. Eux formaient un couple beaucoup plus beau. Et on ne pourrait même pas leur reprocher, car ils ne commettaient aucun impair. Du moins, personne ne pourrait confirmer qu'ils l'avaient fait consciemment. La seule règle était pour les femmes, il paraissait. Ne pas porter de robe blanche. Ils étaient beaux, allait-on commencer à les blâmer pour ça aussi ? Ce serait vraiment injuste ! « Tout va bien, mon bébé ? » Caressant tendrement la tête de Takochi, celle-ci semblait un peu moins joyeuse que d'habitude. Peut-être simplement le fait qu'elle ne puisse plus courir partout et leur sauter sur les jambes pour qu'ils la portent. La petite chienne restait couché dans son panier la plupart du temps. Même les promenades étaient courtes.

Faisant les cent pas dans leur salon, Haruto manqua de trébucher sur Kimyaki. S'empêchant de lâcher un juron, il avança vers la salle de bain. « Wow. Je crois que tu es un peu trop parfait, là. » Son sourire fut amoureux, et il en oublia presque sa nervosité. « On est dans les temps ? Tu es bientôt prêt ? Je dois chercher Tanaka-san, tu crois ? » Haruto se mordit la lèvre inférieure, fixant Ji Hoon. Ce dernier ne parlait plus vraiment de ses progrès, et le voir sur son fauteuil lui brisait un peu le cœur. Son compagnon avait tellement voulu remarcher pour le mariage de Keisuke ! Mais Haruto essayait de positiver. Peut-être le pourrait-il pour son anniversaire ? Ou alors, pour Noël ? Pour le nouvel an, son anniversaire à lui ? Qu'importe, au fond. Si c'était demain, dans dix jours, un mois... Plus loin. Haruto continuerait à rester optimiste, à l'encourager. L'important était que Ji Hoon ne baisse pas les bras. Un jour, il se tiendrait à nouveau debout. Et ils danseraient ensemble toute la nuit ! Même cloué sur une chaise roulante, Ji Hoon resterait le plus charismatique et le plus bel homme de l'assemblée, ce soir. Se penchant pour l'embrasser, Haruto se redressa en souriant. « Tu es magnifique, je vais te garder à l’œil, ce soir. » Il avait toujours cette crainte. Qu'on lui vole son compagnon. Ce soir, il en profiterait pour le présenter à tout le monde, même aux membres de sa propre famille qu'il ne connaissait pas vraiment. Et à ceux de la famille de Takako. Tout le monde pouvait savoir, tout le monde devait savoir. Que leur amour était à leur image, beau, parfait, spectaculaire, merveilleux. Le meilleur du monde, fait pour être vécu.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Dim 9 Déc - 3:38

♡ Haroon ♡

Hold hands. That’s what you’re meant to do. Keep doing that and don’t let go. That’s the secret.


C’était le grand jour. Ji Hoon était à la fois nerveux et heureux, il avait eu l’impression que ça n’arrivait pas, toujours aussi impatient de voir ce mariage arriver. Il avait pris du temps pour perfectionner ce qu’il allait porter le jour-J, le style qu’il voulait pour ses cheveux, s’assurant de ne rien laisser au hasard. C’était important pour lui d’être toujours au mieux physiquement parlant, d’être le plus séduisant possible. Ce mariage signifiait qu’il allait rencontrer une bonne partie de la famille de son homme et il voulait plaire, il ne voulait pas les laisser juger Haruto parce qu’il était avec un autre homme mais il voulait que le monde entier sache qu’ils étaient ensemble. Que l’homme accompagnant Kamiya Haruto était aussi beau que lui, qu’ils formaient un couple incroyablement harmonieux et que tout le monde allait envier. C’était important pour Ji Hoon de faire bonne impression, de s’assurer que sa famille le trouve sympathique, au moins. Il savait que ça ne changerait rien pour Haruto, au fond, mais pour lui, ça comptait beaucoup. Qui ne souhaitait pas plaire à la famille de son compagnon ? C’était normal, comme lorsque son homme faisait des efforts pour plaire à sa mère ou ses frères et sœurs. C’était la base d’une relation sérieuse.

Face au miroir de la salle de bain dans laquelle il était enfermé, Ji Hoon se fixait, arrangeant ses cheveux permanentés, vérifiant qu’il n’y avait rien de bizarre sur son visage. Il avait fait attention à son alimentation pour éviter toute catastrophe, il était donc beau comme un dieu avec une peau parfaite. Son regard se posa sur ses pieds, figés au sol. Il se tenait debout, face au miroir, sans beaucoup trop de mal. Son homme ne le savait pas, il ne devait pas le savoir. Pas tout de suite, non. C’était une surprise, pour que cette journée garde un aspect positif à ses yeux. Le fauteuil viendrait avec lui, parce qu’il voulait se préserver, être sûr d’être opérationnel pour danser avec lui. Pour tendre sa main vers lui et l’inviter pour cette première danse en amoureux. Peu importe s’ils gâchaient le mariage de Keisuke à être aussi beaux. Ça ne le dérangeait pas et il voulait simplement passer un bon moment avec l’amour de sa vie. Chaque jour, il réalisait que son amour grandissait, qu’il devenait plus fort, plus beau encore. Tout ce qu’il faisait actuellement, c’était pour lui. Pour le rendre fier, pour qu’il soit heureux. Parce que Haruto comptait plus que tout au monde à ses yeux.

Retrouvant son fauteuil, il quitta la salle de bain, voyant son homme auprès de la demoiselle enceinte, souriant à ce dernier. « Je pense aussi. » Il avait si hâte, il était si heureux d’avoir bientôt des bébés chiens. Kimyaki était si fier de lui, et il l’avait longuement félicité en le gratouillant de partout. C’était une grande nouvelle pour eux et ils préparaient tout cela depuis quelques jours déjà. Ils devaient se renseigner sur les soins à apporter et ce qu’il fallait faire pour leur trouver une famille. Ils s’étaient jurés de toujours bien vérifier qui allait les adopter et ne surtout pas les laisser avec des gens bizarres. Ils étaient bien trop précieux. Ils s’étaient mis d’accord pour stériliser la petite chienne rapidement pour éviter d’avoir tout le temps une armée de petits chiens, même s’il se doutait que cela n’arriverait pas parce qu’ils voulaient continuer à avoir des petits chiens partout dans l’appartement. Allant dans la chambre, il sortit sa veste de costume, la posant à côté de celle de Haruto qu’il épousseta un peu, songeant combien son homme allait être beau. C’était indécent.

Ils avaient passé du temps à tout essayer, et à s’amuser un peu dans les cabines, il devait bien l’admettre. Y penser le fit sourire, fièrement. Il aimait ces petites folies, ça les caractérisait bien. Et ça leur laissait de très bons souvenirs. Rien que d’y penser, Ji Hoon se sentait tout émoustiller, rapidement ramené à la réalité par les cris de son homme. Il leva les yeux au ciel, le regardant entrer dans la chambre, tout paniqué et trouver les clés dans sa veste. « Oui, elle est très bien cette cravate, tu la gardes », lança t-il en élevant la voix pour qu’il l’entende du salon. Il était si nerveux ! Un sourire orna les lèvres de Ji Hoon, espérant qu’il se calmerait une fois là-bas et qu’il serait en mesure d’apprécier la cérémonie. « Dans une minute, Baobei. » Qu’il en compte plutôt dix. Il s’assura de tout avoir, qu’il serait bien prêt. Rapidement, il réajusta sa chemise devant le miroir, s’assurant que sa cravate était bien mise, il vérifia son pantalon, filant enfiler ses chaussures. Oui, c’était parfait. Il était heureux de pouvoir aller sereinement à ce mariage, remerciant paradoxalement la mère de son petit-ami pour cela, qui avait su le convaincre avec une seule phrase. Il aurait été si déçu qu’ils n’y aillent pas, finalement.

Retournant dans le salon où il voyait son homme courir partout, il se plaça dans un coin pour ne pas le déranger alors qu’il semblait encore chercher quelque chose. « Tu as regardé dans ton pantalon ? » Et bingo. Il lui sourit, finissant par rire un peu. « Tu me donnes mal à la tête, calme toi un peu ! » Il devait se détendre, c’était un mariage, pas une question de vie ou de mort. Il pourrait bien faire un discours avec son cœur, ou quelque chose comme ça. S’il avait pu mémoriser sa présentation lors de sa thèse, il pouvait bien mémoriser un bout de papier. Il l’avait un peu aidé à le préparer, tentant de l’adoucir parfois. Ce n’était pas facile pour lui et il trouvait Keisuke un peu cruel de lui demander tout cela pour un remariage si soudain, que personne n’avait vu venir. « Ton père est déjà passé par-là, je pense qu’il va bien. » il donna une petite tape sur ses fesses avant de plisser le nez, taquin. Il ne devait pas s’en faire. Tout irait pour le mieux. « Ton père doit être occupé à se préparer pour la cérémonie, on le rejoint bientôt. » Ce n’était pas le moment de paniquer, ni de voir le pire arriver.

« Elle devrait être là d’ici cinq petite minutes, Haruto. Takochi et elle s’en sortiront bien. » Il avait longuement discuté avec elle pour préparer cette journée, quoi faire si Takochi commençait à mettre bas, à quel numéro les appeler, le numéro du vétérinaire si cela tournait mal. Tout était prévu et Ji Hoon avait répété tout cela plusieurs fois à Haruto pour le rassurer. Leur petite chérie irait très bien sans eux et il rentrerait en taxi pour la voir si quelque chose n’allait pas bien. Lui devait être auprès de son père aujourd’hui. « Jagi, elle va très bien, et tout ira très bien, ne t’en fais pas pour elle, d’accord ? » Takochi lui lança un simple regard avant de reposer sa tête. Elle était facilement épuisée en ce moment, la pauvre. Mais ça lui apprendra à fricoter avec Kimyaki. Il fallait parfois dire non et la petite chienne devait l’apprendre ! Filant rapidement dans la chambre pour paufiner les derniers détails, il enfila finalement sa veste de costume, recoiffant correctement ses cheveux. Il était parfait. Entendant Haruto arriver et s’exclamer, un sourire fier se forma sur son visage. « Il faut que je le sois. Je veux plaire à ta famille ! » Sa langue glissa entre ses lèvres avant de pouffer. « Toi aussi, tu es vraiment sublime. Je vais te coller toute la journée, hors de question de laisser seul. » Il n’avait pas confiance en la famille de Takako, qui sait si quelqu’un pourrait le draguer ! Hors de question, il aurait dû préparer un panneau indiquant qu’il était pris. Par lui. Au cas où.

« Je suis prêt. Elle va arriver. » Qu’il ne dérange pas cette pauvre vieille dame ! Un petit rire lui échappa, il s’approcha de lui pour réajuster sa chemise et sa veste. « Tu es vraiment parfait. Si on avait un peu plus de temps… » Non. Ji Hoon, non. Pas maintenant ! Ils avaient ce mariage et ils allaient gâcher leur perfection, devraient reprendre une douche et ça prendrait à nouveau des heures. Pouffant à son compliment, il lui attrapa la main pour lui intimer de se baisser vers lui afin de lui dérober un baiser. « Il faudra que tu restes tout près de moi alors. » Un discret bruit venant de la porte d’entrée témoigna de la venue de la si attendue Madame Tanaka. Il quitta la chambre pour lui ouvrir, la remerciant encore une fois d’avoir accepté de venir s’occuper de Takochi. Il lui répéta encore une fois où se trouvaient les numéros pour les appeler ou appeler le vétérinaire, attrapant son manteau puis ses béquilles. « Tu peux les porter jusqu’à la voiture s’il te plait ? » Attendant son compagnon, ils quittèrent rapidement l’immeuble pour rejoindre leur Nissan dans laquelle il s’installa, laissant encore son homme ranger le fauteuil, il le remercia une fois de retour près de lui.

La musique se glissa dans la voiture mais il évita les folies ordinaires. Il ne fallait pas abîmer les costumes. « Comment tu te sens ? Je suis sûr que tout va bien se passer. » Il tapota sa cuisse, prenant les alliances pour les regarder. Ça le rendait un peu jaloux. Il voulait aussi en avoir des comme ça. Après une longue inspection, il finit par les ranger, contemplant son homme concentré sur la route. « Les nôtres seront plus jolies que ça. » Ji Hoon devait avouer qu’il pensait encore plus à leur mariage hypothétique avec celui de Keisuke. Il voulait connaître tout ça. L’achat des alliances, les préparations, le stresse et l’impatience d’épouser l’homme qu’il aimait. Kamiya-Lee, ça sonnait si bien à ses oreilles. « J’ai hâte de voir la salle où se fera le truc après le mariage. » La réception et les festivités, il était sûr que ce serait classique. « Le dernier mariage où j’étais, je devais avoir quinze ans, même pas. » Ça remontait à si loin, une cousine de son père, quelque chose comme ça. Rien de bien fameux, juste un petit repas dans la salle du village d’à côté. Il imaginait le mariage de Keisuke bien plus important que ça. Ils arrivèrent devant le lieu où se déroulerait la cérémonie. Quelques invités discutaient déjà devant. « On va retrouver ton père d’abord, non ? Tu connais ces gens ? » Il espérait qu’il s’agisse de la famille de Takako. Sa main serra rapidement celle de son homme, il lui sourit tendrement. Tout se passerait bien.

Code by Fremione.


_________________



♡ 좋아합니다 ♡
Nymphadora Tonks ☽ My heart is racing like it’s about to burst,I wanna know what’s next. My reasoning only gives me one answer, Call me crazy, I still want you. All that’s left for me is your deep scars and they’ll never fade.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
     Hier à 1:04

♡ Haroon ♡

Hold hands. That’s what you’re meant to do. Keep doing that and don’t let go. That’s the secret.


Haruto ne pouvait nier que le mariage de son père le mettait dans tous ses états. Une simple phrase de sa mère avait suffit à le convaincre de s'y rendre, mais cela n'avait pas tout réglé. Plus tard, il avait retrouvé Keisuke, et ils avaient longuement parlé. Son père lui avait dit comprendre son état d'esprit, mais – comme Haruka le lui avait assuré plus tôt – il lui avait demandé de venir. Pour la première fois peut-être, Haruto voyait son père lui demander quelque chose. Pour la première fois, Keisuke lui faisait part de son envie à lui. Pas pour son fils, pas pour Takako, pas pour la famille qui serait présente. Mais pour lui, en tant que père, que futur marié. Keisuke lui avait soutenu que ses enfants restaient sa priorité, malgré le fait qu'ils soient tous les trois déjà adultes, mais qu'il souhaitait aujourd'hui également penser à lui. Il lui avait assuré avoir aimé Haruka, et qu'elle gardait une place importante dans sa vie. Mais l'amour avait fané, et ils n'étaient aujourd'hui que des gens qui s'étaient aimé. Haruto n'avait pas eu le cœur de lui dire combien il avait vu sa mère dévastée, mais Keisuke s'en souciait-il vraiment ? Le fils voulait se convaincre que ce n'était qu'une question de temps, pour que sa mère se remette de ce divorce. Après tout, ce qui devait surtout lui manquer, c'était ce sentiment de sécurité que lui avait toujours apporté son époux. Haruto lui avait promis de passer plus souvent. Pour le moment, l'idée de lui trouver un appartement avait été écartée.

Ces derniers jours, il n'avait fait que courir partout. Du moins, c'était l'impression qu'il avait eu. Comme aujourd'hui, il se hâtait de gauche à droite, sans penser à se poser et réfléchir. Le restaurant l'appelait en mentionnant un problème, voilà qu'il s'y rendait le plus rapidement possible pour savoir de quoi il en retournait, avant qu'on ne lui assure qu'il ne s'agissait que d'un détail qui serait réglé rapidement, mais il leur fallait un simple accord oral – ce qu'il aurait très bien pu leur donner au téléphone. Haruto ne savait pas trop pourquoi il se mettait dans de tels états. Keisuke le remerciait pour ça, mais lui demandait souvent de se reposer. Ce qu'il faisait la nuit, blotti dans les bras de Ji Hoon. Mais ce n'était pas au mariage de son père qu'il pensait. Il ne l'avait pas de suite remarqué, en réalité. Ça avait commencé innocemment. Une pensée futile ; lui n'aurait pas choisi ce menu ou ce groupe, il aurait ça comme ceci ou comme cela. Il voulait ça comme ceci et comme cela. Il se mettait à imaginer une décoration différente, une liste d'invitées plus étoffée. Une autre salle, un autre endroit. Une autre saison. Deux autres mariés. Et son cœur se mettait à battre plus rapidement, comme soudainement en proie à la nervosité de son propre mariage. Son union avait Ji Hoon. Ce dernier accepterait-il seulement, s'il lui demandait de l'épouser ? Oui, sûrement. Mais s'il disait non, contre toute attente ? S'il lui reprochait d'une fois de plus de ne pas réfléchir à leur situation ? Pourtant, Haruto voulait épouser Ji Hoon. Partout où cela était possible, s'il le fallait.

Néanmoins, il lui proposerait plus tard. Là, ce n'était pas vraiment le moment, ni le lieu, et encore moins l'occasion. Déjà, Haruto devait faire ses preuves en tant que témoin du marié. S'il perdait les alliances ou énoncerait un discours médiocre, Haruto se disait qu'il n'était pas prêt. C'était ridicule en soi, car le stress du témoin – et fils du marié – n'était pas le même que le marié. Ce n'était pas le moment de se perdre ! S'il continuait comme ça, il allait surtout réussir à rendre son homme fou. Mais il s'inquiétait. Pour ce mariage, pour Takochi. La petite chienne allait bientôt mettre bas. Mais Ji Hoon avait pris les devants et demandé à leur voisine s'il était possible qu'elle vienne la surveiller – et Kimyaki, par la même occasion. Tanaka avait accepté avec plaisir, évidemment. « Excuse-moi, j'arrête. » Pas vraiment, Haruto continua son cirque encore quelques minutes. Comment l'arrêter ? En apercevant Ji Hoon. Si beau. Beaucoup trop, pour son propre bien. S'il n'était pas aussi stressé, Haruto se jetterait sur lui pour lui faire l'amour, là, tout de suite. Mais il savait combien son compagnon avait mis du temps à choisir et préparer leurs tenues. Il avait sélectionné chaque accessoire avec soin, pour qu'ils soient tous les deux parfaits en cette occasion. En le regardant, appuyé contre le chambranle de la porte, Haruto sentit son cœur se pincer un peu. Ji Hoon était toujours cloué à sa chaise. Il y avait crû, mais c'était une course contre le temps. Une course difficile à gagner, il le savait bien. Personne ne pouvait blâmer Ji Hoon d'avoir essayé. Il avait fourni tant d'efforts ! Haruto était fier de lui. Que son homme soit dans une chaise roulante ou debout à son bras n'y changeait rien, il avait hâte de le présenter à chaque invité. Lee Ji Hoon, son compagnon.

« Tu leur plairas. Même un peu trop. Les cousins de mon père ont des filles de notre âge, et je ne suis pas certain qu'elles soient toutes mariées. Ni leur fils, d'ailleurs. » Haruto refusait de baisser sa garde, homme ou femme, âgée ou pas. « J'y compte bien ! » Ji Hoon n'avait pas intérêt à le laisser tout seul pour charmer sa famille plus loin. Il le remercia pour son compliment d'un sourire fier, le laissant réajuster ses vêtements, avant de se baisser pour répondre à son baiser. « Ne me tente pas. » Tanaka était de son avis, visiblement, puisqu'elle arriva enfin. Haruto la salua, puis la remercia, avant de porter les béquilles de son homme jusqu'à la voiture, non sans avoir dit au revoir aux petits chiens juste avant. Ils devaient partir. Le fauteuil rangé dans le coffre, Haruto remarqua qu'il avait les mains moites. Sa conduite était légèrement nerveuse. « Je comprends pas pourquoi je suis si stressé... C'est peut-être la culpabilité de... C'était orange, t'aurais pu passer ! » Soufflant du nez, Haruto se laissa retomber contre son siège, avant de poser les yeux sur son compagnon. Que disait-il, déjà ? « Tout va bien se passer, oui. Après tout, il est déjà passé par là, lui, hein ? » Pourquoi devrait-il s'inquiéter ? Souriant en sentant la main de son homme tapoter sa cuisse, il le laissa prendre les alliances, ne manquant cependant à son rôle de témoin. « Remets-les bien dans ma poche, après. » Roulant plus calmement, il sourit à la remarque de Ji Hoon. « En or ou en argent ? Gravées ou non ? » Il s'autorisa à le regarder et lui sourire, avant de se concentrer à nouveau sur la route. Ils avaient déjà leurs bagues, mais ça n'avait rien à voir, évidemment.

« C'est un grand restaurant, à Ginza. Ils ont privatiser une salle entière. Honnêtement, ça ressemble à mon père, que d'offrir ça à Takako. » Il eut un sourire, mais triste. Keisuke s'était toujours efforcé de faire ce que Haruka souhaitait, et cela avait fini par tuer leur mariage. Haruto espérait que son père ne ferait pas la même erreur deux fois. « Tiens, maintenant que tu en parles, je ne me souviens même pas du dernier mariage auquel j'ai été... Comment tu imagines, ça ? » Il lui sourit, curieux de connaître son idée. « Bon, ce ne sera pas une cérémonie traditionnelle. » Se garant sur le parking près de la mairie où aurait lieu l'union, Haruto souffla un grand coup. « Tu es prêt ? C'est parti. » Sa main serra la sienne, et il sortit de la voiture. Heureusement, la météo était clémente, le soleil brillait et l'air n'était pas trop froid. Sortant le fauteuil roulant du coffre, il le guida jusqu'à Ji Hoon. Les quelques invités déjà présents les observèrent plus ou moins discrètement. Haruto leur sourit, serrant la main de son homme en retour. « Non... Je crois qu'ils sont de la famille de Takako. » Devait-il se présenter ? Il voulait aller voir son père, avant de se présenter à quiconque. « Haruto ! Ji Hoon ! » La petite dame trottina joyeusement vers eux. « Oh, que vous êtes beaux. » Haruto se baissa pour serrer sa grand-mère dans ses bras, puis celle-ci prit les mains de Ji Hoon dans les siennes, lui adressant un sourire compatissant. « Vous allez bientôt remarcher, mon petit. » Elle leur fit ensuite signe de la suivre. « J'ai rencontré le compagnon de ta sœur, quel homme élégant. » Haruto jeta un regard amusé à Ji Hoon, haussant les sourcils. Comme quoi, ce dernier avait du souci à se faire, si Zhang Jie entrait dans la compétition.

« Ton fils et son compagnon sont là. » Keisuke afficha un large sourire à ces derniers, avant de les saluer. Visiblement, il était nerveux, et cela rassurait un peu Haruto. « Ah, les enfants... Comment allez-vous ? Ji Hoon, mon costume ? » Le futur marié cherchait l'approbation de celui qui l'avait sauver au niveau de son look pour ce jour important. « Mais je vois que vous avez gardé les plus beaux pour vous. » Assise sur son fauteuil, Shizue pouffa. « Papa, comment tu te sens ? » Keisuke leur expliqua qu'il avait mal dormi, mais se sentait en pleine forme. Il les invita à boire une tasse de thé, que Shizue accepta la première. « Takochi a eu ses petits ? Vous m'en gardez un, Ji Hoon ? Haruto dit que ce n'est pas raisonnable, mais vous n'êtes pas d'accord avec lui, si ? » Le petit-fils lança un regard choqué à sa mamie. Qu'essayait-elle de faire, au juste ? « Elle va bien, notre voisine s'occupe d'elle, je ne m'inquiète pas du tout. » Il pinça les lèvres en croisant le regard de Ji Hoon. Quoi ? C'était à moitié vrai. Keisuke regarda sa montre. La cérémonie allait bientôt commencer, et ils n'avaient encore salué personne. Son père s'assura simplement que les alliances étaient bien là, avant de les laisser filer. Haruto offrit ensuite son bras à sa grand-mère pour la mener à la salle où on marierait Keisuke à Takako.

Code by Fremione.


_________________

Because it’s love ♒︎ You have my world, you’re my small universe© endlesslove.
    
 
la vie en rose + HAROON ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Rose des sables
» Panthère Rose
» La Caverne de la Rose d'Or
» Mary C. Jane, auteur de la série Secret (Bibliothèque Rose)
» Une petite fleur rose au 50 mm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#SHIBUYACROSSING :: Wonderful Tokyo :: Chûô-